L’AQSIQ en Chine : ce que les exportateurs doivent savoir

contrôle qualité produit

Les dernières années, la Chine a rendu sa régulation des importations de plus en plus stricte pour plusieurs raisons. Par exemple, les quantités croissantes de biens importés, les scandales internes ou encore l’adoption de normes occidentales font partie de ces raisons.

Il est important qu’un exportateur ait des connaissances suffisantes à propos des organismes qui gouvernent les normes et les régulations. D’autant plus qu’en réalité, ceux qui ont ces connaissances sont malheureusement peu nombreux.

Dans cet article, nous présentons le plus grand institut chinois d’inspection de la qualité des produits : l’AQSIQ.

Qu’est-ce que l’AQSIQ ?

AQSIQ est un acronyme anglais qui signifie « Administration for Quality Supervision, Inspection and Quarantine », c’est-à-dire Administration générale de la Supervision de la Qualité, de l’Inspection et de la Quarantaine. Elle appartient au Conseil des affaires chinois. C’est cet organisme qui va approuver ou non l’importation de certains produits. Son équivalent français serait l’AFNOR.

Les inspections et contrôles de qualité qu’elle réalise ont un fort pouvoir dans les processus de décision.

En tant qu’exportateur, il est primordial d’être au point sur les organismes de contrôle de la qualité et de certification dans le pays vers lequel vous exportez.

Pour résumer, l’AQSIQ est un maillon principal de la chaîne d’entrée/sortie de produits du territoire, des inspections alimentaires ou technologiques et des certifications en Chine.

Comment est organisée l’AQSIQ ?

L’AQSIQ est constituée de 19 départements, 15 filiales et 10 associations. Environ 130 000 personnes travaillent au sein de cet organisme. C’est dire l’importance et le sérieux de cet organisme.

CNCA et SAC

Il convient de mentionner que c’est l’AQSIQ qui chapeaute les deux organisations suivantes :

  • La CNCA (Certification and Accreditation Administration of China)
  • La SAC (Standardization Administration of China)

Elles sont toutes deux impliquées dans les processus de contrôle de la qualité des produits importés.

Le certificat AQSIQ

Avant d’exporter vers la Chine, vous devez savoir si vous avez besoin du certificat AQSIQ pour vos produits.

Ce certificat garantit que vos produits ont été testés, qu’ils sont de qualité et qu’ils respectent les normes environnementales. Vous pouvez avoir des problèmes par la suite si vous ne disposez pas de ce certificat.

Par exemple, les douanes chinoises peuvent saisir et détruire des produits si l’exportateur ou l’importateur n’a pas présenté le certificat.

Tous les produits ne sont pas soumis à une obligation d’être associé à un certificat ASQIQ. Voici une liste de catégories de produits qui le sont :

  • Les équipements spéciaux (chaudières, ascenseurs, gazoducs, …)
  • Les produits qui ont une certification CCC
  • Les textiles et tapis
  • Les matériaux mis au rebut
  • Le papier, d’impression comme d’emballage
  • Les articles ménagers, meubles
  • Les produits électroniques
  • Les produits alimentaires, les boissons
  • Les produits chimiques

Message SINO : Prenez note que cette liste est très régulièrement mise à jour par les autorités chinoises. Nous vous demandons de bien vérifier dans quel cas se situent vos produits avant d’essayer de les exporter.

De plus, même si le certificat n’est pas obligatoire pour tous les produits, le détenir montre que vous avez fait la démarche et c’est tout à votre honneur. Cela peut vous distinguer de vos concurrents dont les produits sont de moindre qualité.

La procédure de demande et ses frais

On nous a plusieurs fois demandé comment recevoir ce certificat. C’est en partie pour cela que nous rédigeons aujourd’hui cet article.

En réalité, la procédure est assez poussée (encore plus quand on ne comprend pas le mandarin). Par exemple, pour quelqu’un qui voudrait exporter des matériaux mis au rebut, voici ce qu’il devrait faire :

  • Soumettre la demande de certificat au département de la supervision des inspections
  • Attendre le déroulement de l’inspection de la candidature et des produits. Un deuxième essai peut avoir lieu 30 jours après le premier si échec. Puis si ce n’est toujours pas concluant, vous en serez notifié.
  • Si vous avez été notifié de la conformité de vos produits, une deuxième inspection plus détaillée aura lieu. Si le résultat est négatif, vous aurez 30 jours pour rectifier le tir. Suite à ces trente jours et à la nouvelle inspection, vous aurez accès au résultat final.
  • Votre certificat vous sera soit délivré immédiatement, soit refusé.

La procédure vous coûtera entre 0 et 3300 euros, selon les produits que vous souhaitez exporter et donc que l’AQSIQ sera amenée à tester (et selon si vous êtes membre de l’AQSIQ ou ISO 9001).

La candidature pour devenir membre AQSIQ ou ISO 9001 coûte la même somme.

Si vous n’êtes pas membre, les taxes seront environ 2 à 3 fois plus élevées. Cela permet vraiment des économies, surtout si votre procédure est longue et à rebondissements.

CIQ – Les services chinois d’inspection et de quarantaine

Pour réaliser les inspections d’entrée et de sortie du territoire, l’AQSIQ a créé 35 postes de CIQ dans 31 provinces différentes. On y réalise des contrôles de qualité en collaboration avec un très grand réseau de laboratoires. Le but de ces bureaux CIQ est de s’assurer que les produits importés en Chine sont de qualité.

Evidemment, en plus des bureaux CIQ, chaque port et aéroport chinois dispose d’un bureau d’inspection.

Des accords ont été signés entre la FDA (Food and Drug Administration aux Etats-Unis) et l’AQSIQ pour faciliter ces contrôles. Espérons que la France et l’Union Européenne sauront faire de même.

Contactez nous

Conseil SINO: N’hésitez pas à contacter nos experts pour avoir davantage d’information. Choisissez le moyen le plus adéquat pour nous contacter:

SINO.Shipping

info@sino-shipping.com

+852 8191 4051

Ou scannez notre WeChat QR code !

wechat sino shipping

Vous pouvez aussi tout simplement remplir notre formulaire en ligne:  Formulaire

DEVIS GRATUIT