interprete en chine guide complet

GUIDE COMPLET SUR LES INTERPRÈTES EN CHINE

Un interprète peut être un partenaire indispensable lors de vos visites chez les fabricants chinois, s’il est géré correctement. Mal utilisés, ils peuvent fournir des informations erronées ou contradictoires sur les conditions de commande attendues et les spécifications du produit, ce qui peut entraîner des problèmes de qualité plus tard.

Dans cet article, vous apprendrez à comment bien préparer votre interprète, à travailler avec un indépendant ou une agence, et à combien vous devriez vous attendre à payer.

 

A quoi correspondent les interprètes ?

 

Le rôle d’un interprète est de fournir une traduction orale entre deux parties, par exemple lors d’une négociation. Les traducteurs, par contre, ne traitent que des textes.

Les importateurs ont souvent recours à des interprètes en tant que représentants et assistants lors des visites d’usines ou lors de négociations.

Bien que la plupart des usines axées sur les exportations aient un personnel parlant anglais, un interprète expérimenté peut aider les acheteurs.

De plus, les interprètes aident généralement leurs clients à réserver des hôtels, des trains et d’autres moyens de transport entre les usines, ce qui peut être difficile si vous ne parlez pas un mot de chinois.

Combien dois-je m’attendre à payer pour un interprète ?

 

La plupart des interprètes, qu’ils soient indépendants ou non, facturent leurs services à la journéeCertains facturent également des frais horaires, mais cela n’a de sens que lorsqu’ils rendent visite à des fournisseurs à Shenzhen, à Guangzhou et dans d’autres grandes villes.

Si vous avez l’intention d’aller plus loin dans les provinces, y compris pour Zhejiang et Jiangsu, même une seule visite durera toute la journée;

Exemples de coûts (en dollars)

  • Interprète débutant / assistant de voyage : 60 $ par jour / 10 $ de l’heure
  • Interprète intermédiaire : 100 $ par jour / 20 $ l’heure
  • Interprète expérimenté : 200 $ + par jour / 40 $ + par heure

+ Si vous partez en voyage d’affaires prolongé, vous devez également couvrir le transport et l’hébergement de l’interprète.

 

Ai-je même besoin d’un interprète lorsque je visite des usines ?

 

Pas nécessairement. Comme mentionné, la plupart des fabricants orientés vers l’exportation en Chine ont des représentants anglophones. Dans la plupart des cas, vous rencontrerez le même représentant que vous avez déjà contacté via Alibaba.com ou Globalsources.com.

Cela dit, les représentants des ventes, beaucoup ont une vingtaine d’années, ont tendance à vouloir aller trop vite. Leur expertise concernant les matériaux, les options de conception et les capacités de l’usine ont tendance à être plutôt limitées.

Un interprète peut aller encore plus loin dans les domaines suivants :

1. Aider l’acheteur à comprendre ce que l’usine peut et ne peut pas fabriquer.

2. Aider l’acheteur à comprendre si le fournisseur peut répondre aux normes de sécurité et aux réglementations en matière de substances chimiques.

3. Confirmer les options matérielles, des prix, des délais, des conditions de paiement, des coûts d’outillage et de tout ce que vous devez savoir sur l’usine.

Cependant, privilégiez les interprètes ayant déjà travaillé avec des fabricants. Dans le pire des cas, vous pouvez tomber sur un interprète incapable de transmettre correctement les messages entre vous et l’usine.

L’interprète peut-il nous accompagner à des salons ?

 

Oui, il existe de nombreuses sociétés proposant ces services dans toutes les grandes villes chinoises, souvent à proximité des lieux des salons. Cependant, sans un interprète lors d’un salon, comme au salon de Canton, vous vous en tirerez très bien. Les chefs d’usine chinois envoient leurs représentants anglophones aux salons professionnels, tandis que le chef d’entreprise et les ingénieurs restent dans l’usine. À mon avis, il est plus logique de chercher des devis au salon tout en gardant l’interprète pour quand vous effectuerez la visite de l’usine.

 

Comment savoir si l’interprète est qualifié?

 

Il est évident que l’interprète doit avoir de l’expérience dans la traduction orale en anglais et en chinois dans les usines. La plupart des interprètes chinois ont une bonne expérience.

Cependant, gardez en tête, les interprètes ne sont pas des ingénieurs et inversement.Ne présumez pas que votre interprète est un expert en fabrication ou en matériel, car ce n’est pas le cas.

Pendant que vous êtes à l’usine, votre objectif est d’obtenir des réponses à vos questions concernant les matériaux, la conformité, les capacités de conception et les conditions de commande.

De ce fait, vous devez informer l’interprète de votre produit et des conditions de commande que vous prévoyez.

L’interprète peut-il traduire les fiches techniques, les contrats et d’autres documents?

 

Peut-être, s’ils ont déjà travaillé avec un produit identique.

Cependant, il est de votre responsabilité d’informer l’interprète, avant la tenue des réunions, sur les spécifications et les matériaux du produit.

Gardez en tête que les interprètes sont spécialisés dans la traduction orale, tandis que les traducteurs travaillent avec du texte. En tant que tel, vous ne devriez pas vous fier à un interprète pour traduire les fiches techniques, les NDA, les contrats de commande ou tout autre document.

Si vous avez besoin d’une NDA ou d’un contrat de commande, vous devriez plutôt contacter un cabinet d’avocats.

Devrais-je travailler avec un indépendant ou une agence ?

 

Je dirais généralement qu’une agence est plus fiable, car elle est plus susceptible de faire appel à des interprètes qualifiés. Ce n’est certainement pas un travail que tout le monde peut faire.

Cela dit, de nombreux indépendants hautement qualifiés travaillent en tant qu’interprètes en Chine.

Beaucoup sont des hommes d’âge moyen ayant une expérience de la fabrication dans des industries spécifiques, ce qui peut les rendre très recherchés pour leur langage unique et leur expertise du secteur.

 

Les interprètes peuvent-ils aider à trouver des fournisseurs?

 

Peut-être qu’ils peuvent, mais ils ne devraient pas. Les interprètes ne sont pas des experts en fournisseurs. Cependant, certaines sociétés de services d’interprétation sont devenues des sociétés «nous savons tout faire», qui offrent souvent des services d’approvisionnement.

Cela ne signifie pas que vous devriez acheter des services d’approvisionnement auprès d’eux.Si vous avez besoin d’aide pour rechercher des fournisseurs, adressez-vous à une société spécialisée.

 

L’usine peut-elle trouver un interprète pour moi?

 

Ils peuvent certainement. Cependant, un interprète payé par le fournisseur ne sera pas de votre côté.

Ils font les règles, et ce ne sera clairement pas en votre faveur.Les interprètes ne sont pas forcément des amis enthousiastes de leurs clients.

 

Liste de sociétés de services d’interprete en Chine

 

Plusieurs sociétés, locales et internationales, offrent des services d’interprétation en Chine. Certains exploitent des bureaux dans tout le pays, tandis que d’autres sont des agences avec un pool de pigistes basés dans les grandes villes.

Ci-dessous suit un aperçu :

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

vendre produits francais en chine

LES PRODUITS FRANCAIS EN CHINE EN 2019, LES CHINOIS EN RAFOLLENT !

Les produits du terroir français en plein essor

La consommation des ménages est en hausse en France, mais certains producteurs de denrées alimentaires n'en sont pas satisfaits. Ils recherchent donc des nouvelles débouchées sur des marchés plus prometteurs. C'est notamment le cas des producteurs et fournisseurs français de produits du terroir. Cette catégorie de produits n'a pas de définition appropriée ni d'étiquette officielle, mais elle représente les spécialités de chaque région de France. Avec une classe moyenne émergente de plus de 300 millions de consommateurs potentiels fin 2019, la Chine est un rêve pour de nombreux entrepreneurs. Elle est même devenu l'une des destinations préférées pour les exportateurs de produits régionaux français.

Champagne, Vin et Foie gras. Les trois produits locaux les plus appréciés en Chine.

En effet, de nombreux producteurs exportent des aliments et des boissons françaises tels que du vin, du champagne, de la charcuterie, des sucreries et des produits laitiers vers la Chine. Mais certaines catégories de produits ont plus de succès que d’autres. Par exemple, les deux producteurs français de vins et spiritueux LVMH et Pernod-Ricard ont pu saisir environ 70 % du marché du champagne en 2013.

Même si les ventes de champagne ont diminué avec la campagne anti-corruption lancée fin 2012 par le gouvernement chinois, une étude réalisée par Mon Viti nous montre que leur taux de croissance annuel moyen pourrait encore atteindre 22,7 % pour la période 2019-2022. De plus, le champagne bénéficie d'une politique gouvernementale depuis 2013 qui reconnaît exclusivement le titre de « champagne » aux vins mousseux produits en Champagne française. Ce système a permis de différencier facilement les vins chinois du champagne « authentique » et donc de renforcer ce dernier.

Pour savoir comment exporter du Vin en Chine, lisez cet article.

Dans le même rayon que les bouteilles de champagne, les consommateurs chinois peuvent également trouver une grande variété de vins français, qui devient une boisson de plus en plus populaire. Depuis 2014, la Chine est le troisième client de la France pour ce produit : selon Business France, 95 % du vin français exporté (en valeur) vers la Chine est du vin rouge et 71 % porte le label "Appellation d'Origine Protégée" (AOP) qui garantit l'origine des produits. En Chine, une bouteille de vin importé sur deux provient de France. Plus précisément, on trouve des vins de Bordeaux, du Languedoc-Roussillon, de Bourgogne et des Côtes-du-rhône.

De pair avec le vin, la charcuterie française tente également de percer le marché chinois. Pour la société Delpeyrat, qui a obtenu en mars 2015 une autorisation d'exportation pour son jambon sec, la Chine représente un marché important. Le producteur implanté dans le sud-ouest du Périgord espère vendre environ 50 000 pièces dans l’année. Dans la catégorie des produits à base de viande, le foie gras, a surpassé la charcuterie dans la conquête du marché chinois.

L'engouement des consommateurs pour ce produit est tel qu'en 2014, la coopérative Euralis a lancé la construction d'une usine couvrant la totalité de la chaîne de production de foie gras, d'une capacité de 500 000 canards en 2017 et deux fois plus en 2020, explique son PDG au journal Les Echos. Mais là encore, la concurrence des produits chinois est largement établie : le groupe Jilin Zhenfang recueille à lui seul la moitié des parts de marché en vendant sa production à des ménages privés, les producteurs français s’adressant principalement aux restaurants.

Pour maitriser l'export agroalimentaire en Chine, lisez cet article

export viande france chine

De nombreux obstacles administratifs et culturels subsistent

Accéder au marché chinois et à ses consommateurs n'est pas chose facile pour les producteurs régionaux français. Outre le succès rencontré par certains produits vedettes cités précédemment, il existe de nombreux obstacles et réglementation sur les importations de produits alimentaires en Chine. Par exemple, certains produits contenant du porc doivent obtenir une autorisation d'exportation qui peut être très longue à recevoir. Ce fut le cas pour les exportations de saucisses sèches jusqu'à ce que le producteur Salaisons et conserves du Rouergue (SACOR) obtienne l'autorisation il y a à peine un an. L'entreprise familiale basée dans le sud-est de l'Aveyron est la première entreprise française à être autorisée à exporter des saucisses en Chine.

 

Pour faire face aux difficultés administratives et donner des conseils dans une situation aussi complexe, différentes structures regroupant de petits producteurs ont été créées. Depuis 2012, les Maisons Sud-Ouest France (MSO) vendent des produits certifiés par un label français pour la qualité de leurs produits dans les magasins physiques en Chine. Chen Di Partners a le même objectif. En 2013, la société a lancé le défi « Best of Origin » pour les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, avec pour objectif de commercialiser les produits de trois cents petites et moyennes entreprises françaises en Chine d'ici deux ans.

Pour compléter l'offre de MSO et mieux promouvoir la cuisine française locale sur le territoire chinois, Chen Di Partners s'est associé au groupe chinois de commerce en ligne Beexi et a créé une boutique en ligne dédié, beexibox.com. Cependant, malgré les efforts de l'OSM "90 % des produits du Sud-Ouest français ne sont pas exportables", déplore la coordinatrice de l'OSM, Magali Bladier, dans un entretien à La Chine au présent.

 

Enfin, le dernier obstacle s’ajoutant à ces problèmes de régulation : le goût. Une grande partie des produits régionaux français est inconnue des consommateurs chinois et apprendre à apprécier ces produits leur prendra du temps. Pour les producteurs français souhaitant exporter, cela nécessite un effort de marketing important. L '«exportation intégrée » est l'une des solutions adoptées par les fabricants de foie gras et consiste à associer des produits français à des recettes chinoises typiques.

La French Touch : Symbole sur le marché chinois

L'influence culturelle de la France a repris après les attaques scandaleuses perpétrées contre les touristes chinois à Paris en 2015. Même si son image a été gravement endommagée, la France reste aux yeux des Chinois un pays d'art et de gastronomie riche en histoire, en littérature et surtout… pour son romantisme. C'est presque devenu un mot clé que tous les Français vivant sur place doivent entendre : « Fàguó ren ? Làngmàn ! ”. La France est associée au romantisme, un impact qui peut être un atout autant qu’un handicap, en fonction du secteur commercial que vous souhaitez développer en Chine.

 

Il était une fois : Le succès social d'un point de vue chinois 

Dans cet partie, je propose de vous révéler ce que les Chinois recherchent en France avec l'exemple concret d'un couple chinois expatrié dans leur vie quotidienne. Mon analyse vous permettra ensuite de mieux décoder les rêves et les représentations des consommateurs chinois que vous souhaitez cibler.

Qing Yang et Li Wei * ont tous réussi. Ils ont honoré les attentes de chacune des familles et leur investissement dans l’avenir de leur enfant unique. Socialement, ils sont au top : leurs photos, postées sur le réseau social Wechat, en témoignent.

Ils auraient pu choisir les États-Unis ou l'Angleterre, mais ils ont choisi la France : Qing Yang et Li Wei sont diplômés de la même université de la Loire et parlent couramment le français depuis six ans maintenant qu'ils sont installés. La vie en France n'a pas de secret pour ce couple ambitieux expatrié, qui a totalement intégré sa culture d'adoption.

Qing Yang a pu ouvrir sa propre entreprise de guide touristique dédiée aux clients chinois. Ils se sont mariés une première fois à la mairie de Paris puis ont renouvelé leurs vœux dans leur province d'origine. Sur leurs photos de mariage face à la Tour Eiffel, Li Wei portait une robe blanche, qu'elle a tronquée contre un Qipao rouge pour leur mariage traditionnel en Chine.

Leur fils Peng est né l'année suivante. Sujet de toutes les attentions, ses découvertes de la vie sont systématiquement immortalisés sur le compte de Wechat de ses parents. Balade en poney dans les bois de Vincennes, premières vacances de ski, visite du zoo et pique-nique de printemps, les exploits du petit prince sont renouvelés ; il s’émerveille devant des cygnes dans le jardin public et joue avec d’autres bambins chinois dans un bac à sable, dont les parents font partie de la communauté des expatriés parisiens qui ont réussi.

Guide commercial dédié aux clients chinois

Les parents consciencieux, Qing Yang et Li Wei se sont rendus au Baby Show annuel à Paris et ont acheté des bocaux bio. Cependant, bien que la loi chinoise autorise désormais un deuxième enfant pour chaque couple marié, de nombreux couples considèrent qu'il est préférable de concentrer leur fortune sur un seul enfant pour lui assurer le meilleur avenir possible. Li Wei s’est reconverti en femme au foyer pour tous fournir à son fils, ce qui ne l’empêche pas de rester très à la mode : son lieu préféré pour faire les boutiques ? Les galeries Lafayette sur le boulevard Haussmann.

Plus parisiens qu'ils ne peuvent être ; ils achètent leurs macarons chez Pierre Hermé, leur « eau de toilette » chez Chanel et leur reblochon chez le fromager Genevois Bouchet. Elle adore acheter des nouveaux pyjamas confortable pour son bébé qu'elle partage avec ses amis de l'Ouest.

Chapeau ! Sa dernière acquisition, un body rouge Santa. Bien entendu, la petite famille fête Noël avec un repas typiquement français à base de foie gras, champagne et escargots.

Leurs vacances ? Sports d'hiver dans les montagnes suisses ou station balnéaire de Deauville. Ils ont bien sûr déjà visité les champs de lavande de Provence et les plus célèbres châteaux d'Europe. Une union exemplaire qui fait la fierté de leurs parents et ne manque pas de susciter l'envie de leurs proches restée en Chine. Le mode de vie culturel de cette France romantique laisse rêver, leur réussite sociale à l'étranger encore plus.

 

Cette image de la France que les chinois ont

L'histoire Qing Yang et Li Wei n'est pas originale. La France reste l'un des pays les plus populaires auprès des jeunes chinois qui étudient à l'étranger, principalement dans les domaines du luxe et de la mode, mais aussi dans les études littéraires et linguistiques. Ses produits importés sont très prisés dans certains secteurs tels que les cosmétiques de luxe ou les aliments contenant du lait infantile. Les produits français ont un bon rapport qualité-prix : ils reflètent une image de qualité, de luxe et de raffinement inimitable.

De plus, la vie en France a un parfum de liberté, une vie sociale riche et insouciante, des valeurs opposées à la culture de travail et à la responsabilité familiale en Asie. Rappelons qu’en Chine, il est toujours essentiel pour la majorité des parents que leur fils unique se marie tout de suite après l’école et produise un héritier (même si une héritière est de plus en plus préférée des citadins à la suite de la politique de l'enfant unique). La vie en France présente également un avantage non-négligeable pour les jeunes parents : l'absence de pollution comme on peut le voir dans la métropole chinoise.

C'est pourtant cette même image d'un pays romantique qui perd du crédit auprès des industries technologiques françaises face à leurs concurrents allemands ou américains. L'image de la France doit évoluer pour construire des partenariats plus forts avec la Chine. Il ne suffit plus d'avoir une bonne visibilité culturelle. Pour promouvoir votre french touch, ça marche toujours, mais il faut laisser cette image nationale de raffinement poétique pour mettre en valeur son sérieux et ses compétences technologiques.

 

Comment rendre mon entreprise crédible en chine ?

marketing en chine

À long terme, la présence culturelle de la France doit se diversifier et couvrir des domaines plus variés. Preuve que la technologie peut être prise au sérieux : Areva a récemment signé un projet d'accord commercial pour la construction d'une usine de retraitement de déchets nucléaires en Chine. De nombreux projets de partenariat échouent ou tournent en rond depuis plusieurs années en raison du manque de connaissances des entrepreneurs français sur les codes les plus fondamentaux du monde des affaires chinois, ce qui entraîne de nombreux malentendus et vexations.

L’apprentissage du commerce chinois et la connaissance rigoureuse des codes clé sociale, tels que l’importance des relations et le contrôle des émotions, vous aideront à augmenter vos chances de réussir. Vous êtes un gagnant si vous utilisez leurs réseaux sociaux pour votre communication : Wechat et Weibo sont LES réseaux qui vous permettent de joindre les consommateurs chinois. Une bonne communication sur les réseaux chinois est déjà la clé du succès..

 

* Les noms des protagonistes ont été modifiés pour respecter leur vie privée.

 

Produits alimentaires en Chine
Un marché dynamique et changeant

En janvier 2018, Unigrains a mené une mission en Chine pour étudier les changements sur le marché des produits alimentaires. Au cours de cette mission organisée avec le soutien de Business France des contacts ont été pris avec plusieurs acteurs : fabricants, importateurs, détaillants traditionnels, géants de l’internet (Alibaba et JD.com), distributeurs spécialisés dans la vente en ligne, conseillers fonds et une société de fusions et acquisitions. Ce résumé sera complété par la publication d'une étude sur la dynamique de ce marché en mutation et les différentes manières de l'aborder.

Une consommation dynamique portée par une classe moyenne en croissance, de plus en plus avide de produits importés

On estime que 130 millions de Chinois ont un revenu supérieur à 10 000 dollars par an en 2015 et que ce chiffre devrait doubler d'ici 2022 et devenir plus du triple d'ici 2030. Cette classe moyenne en pleine croissance est également consciente des risques pour la santé. Dans le contexte de scandales alimentaires récurrents, ces consommateurs souhaitent davantage de produits étrangers (ou fabriqués selon des normes occidentales strictes), qu'ils jugent plus rassurant en termes de sécurité alimentaire. Pour cela ils sont prêts à payer davantage pour ces produits.

Les comportements d'achat changent avec l'utilisation généralisée des smartphones et l'essor du commerce électronique

Plus de la moitié de la population chinoise a accès à Internet et près de 95% des connexions se font via un téléphone mobile. En quelques années, les smartphones sont devenus un élément essentiel de la vie quotidienne: pour effectuer des achats en ligne, en tant qu’instrument de paiement (principalement avec les applications Alibaba Alipay et WeChat Pay de Tencent), et même pour échanger des cartes de visite. La Chine évolue rapidement: dans un pays où les ordinateurs portables et les cartes de crédit ne sont pas très répandus, les détaillants en ligne ont misé très tôt sur les smartphones et les consommateurs ont rapidement adopté les dernières technologies pour un usage quotidien.

Tous produits confondus, la Chine est le plus grand marché e-commerce au monde: 681 milliards USD en B2C (estimation 2017), soit 12% des ventes au détail, devant les États-Unis (438 milliards USD). Le e-commerce fait désormais partie de la vie quotidienne et des pratiques courantes des consommateurs, notamment pour les achats de produits alimentaires et même les produits frais.

Dans les grandes villes, la livraison à domicile est également devenue la règle en quelques années à peine, bénéficiant de densités de population élevées et des coûts de main-d'œuvre peu élevés, deux avantages décisifs compte tenu de la difficulté de gérer la logistique du dernier kilomètre.

Développements qui modifient le paysage de la distribution au détail

L’essor du e-commerce perturbe les circuits traditionnels de la distribution. Les acteurs du e-commerce répondent aux nouvelles attentes des consommateurs (notamment leur volonté de gagner du temps) et exercent une pression sur les prix. Ils proposent une vaste gamme de produits et de services personnalisés, s’appuyant sur les connaissances des consommateurs, acquises grâce à l’exploitation de leurs puissantes bases de données.

Les ventes en ligne sont menées par les champions nationaux apparus ces 15 à 20 dernières années: Alibaba (créée en 1999 à Hangzhou) et JD.com (créée en 2003 à Beijing), dont le principal actionnaire est le groupe Tencent, bien connu pour ses L'application de messagerie WeChat (850 millions d'utilisateurs actifs) et sa solution de paiement WeChat Pay. Ces dernières années, ces groupes ont appliqué leur savoir-faire à d’autres entreprises pour devenir des géants de l’Internet, se positionnant désormais comme des acteurs numériques. Alibaba et Tencent ont des capitalisations boursières respectives de 390 et 420 milliards d'euros (au début du mois de février 2018), et les deux groupes sont rivaux.

D’autres acteurs à forte croissance ont également fait leur apparition sur la scène des ventes en ligne chinois ces dernières années, dont certains sont centrés sur les produits alimentaires: Epermarket (très centré sur les produits importés pour les expatriés fortunés et les clients chinois), Jiuxian (vins et spiritueux), Yiguo (fruits), Chunbo, etc. Ces sites se positionnent comme des spécialistes en termes de clientèle, de gammes de produits et de couverture géographique. En pratique, les consommateurs basculent généralement entre plusieurs applications pour leurs achats.

Ce paysage est en constante évolution, avec des acquisitions, des partenariats ou des cessations d'activité. Pour les géants chinois de l’internet, le moment est venu de faire de grands changements, de se positionner sur des marchés en croissance, d’occuper le terrain et de consolider leur marque.

La nourriture au cœur des mouvements actuels

Des mouvements récents ont montré que les géants de l'internet s'intéressaient de près à la nourriture, considérant ce segment comme une source de profits énormes, car il concerne des produits de la vie quotidienne. Étant donné le pouvoir dont disposent ces groupes, les détaillants établis de longue date cherchent à nouer des alliances avec eux, tandis que les spécialistes du e-commerce s'appuient sur l'interaction entre «en ligne» et «hors ligne», offrant aux détaillants physiques leur expertise en matière de numérisation des processus, ou même s'intéresser aux structures d'approvisionnement des détaillants.

Par exemple, Alibaba a récemment pris une participation dans Sun Art, une société de portefeuille contrôlée par Auchan, qui exploite les marques RT-Mart et Auchan. Auparavant, Walmart avait cédé ses activités de e-commerce à JD.com et acquis une participation dans le groupe. Plus récemment, Tencent a noué un partenariat avec la filiale de Carrefour en Chine.

Parallèlement, Alibaba et JD.com développent leurs propres concepts de magasin de haute technologie (Hema pour le premier, 7 Fresh pour le dernier), associant la vente sur site à un centre de préparation des commandes en ligne.

Des opportunités pour la France

Cet intérêt pour l'alimentation se manifeste également par la volonté d'offrir aux consommateurs chinois davantage de produits étrangers et par l'internationalisation récente (depuis 2015) des activités d'Alibaba et de JD.com: implantation de bureaux à l'étranger, investissement dans des outils logistiques, etc. En janvier 2018, JD.com a même annoncé son engagement à réaliser 2 milliards d'euros de ventes de produits français sur ses plateformes au cours des deux prochaines années. Les petits acteurs du e-commerce participent également à cette tendance.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

exporter vins et spiritueux en chine

IMPORT VINS ET SPIRITUEUX EN CHINE

Importer de l’alcool en Chine

 

Le marché des boissons alcoolisées en Chine a augmenté de manière significative depuis les 10 dernières années.

 

Malgré une constante augmentation de consommation en Chine, les démarches pour introduire les boissons alcoolisées du monde entier en Chine ne sont pas une mince affaire. C’est la raison pour laquelle vous devrez avoir connaissances des procédures et de leurs fonctionnements, des documents nécessaires, du coût que cela implique mais également de la durée de l’acheminement de vos produits.

Comment exporter du vin en Chine ? Le Guide complet

 

La classe moyenne et une partie de la population jeune (18-30 ans) ont commencé a apprécié les produits étrangers, le vin y compris, en donnant de belles opportunités à saisir pour les exportateurs étrangers. Mais, le vin est considéré comme un produit alimentaire des plus règlementé. C’est pourquoi, il est important que vous ayez connaissance des normes locales qui s’appliquent et être sûr de comprendre le processus d’exportation au préalable.

 

Vous trouverez donc dans cet article les informations utiles pour pouvoir exporter du vin en Chine.

 

1/ Le marché du vin en Chine

 

Malgré un ralentissement de la croissance chinoise, le marché du vin continue d’aller de l’avant.

 

Aujourd’hui, le vin n’est plus uniquement considéré comme un cadeau de valeur ou consommé par la population aisée chinoise. Les jeunes sont également passés d’une consommation d’alcools locaux (comme le Baijiu ou le vin jaune) à des vins de raisins étrangers.

 

La demande en vin a considérablement augmenté en partie car le gouvernement ainsi que les politiciens chinois ont dépensé des sommes importantes pour l’achat de vins d’exception.

chine futur consommateur vin

 

Chine – Futur numéro 1 de la consommation de vin dans le monde

1.1 Augmentation de la vente en ligne de vins

 

La population chinoise est friande d’achats en ligne, et le vin n’est pas une exception.

Même si certaines personnes préfèrent tester le vin avant de l’acheter, la plupart des gens achètent une bouteille sur des critères simples : vin doux ou sec, ou même de la provenance des grappes de raisins (Riesling (Australie) ou Chardonnay (France) par exemple).

 

L’étiquetage et le design de la bouteille sont aussi d’une grande importance, selon le type de consommateurs que vous ciblez.

1.2 Dans quelles régions dois-je cibler mes exportations en Chine ?

 

La chine est pratiquement aussi vaste que l’Europe, c’est la raison pour laquelle le goût des consommateurs varie selon les régions.

 

Nous vous recommandons donc de vous mettre en relation avec un agent local ou un distributeur qui pourra vous guider pour exporter vos produits dans les régions les plus appropriées. Ils sauront vous guider selon les goûts des consommateurs que vous ciblez.

 

Gardez à l’esprit que la cuisine chinoise diffère sellons les régions, le centre de la Chine consomment davantage les plats épicés, alors que les régions de l’Est privilégient les plats doux en saveur, ce qui peut influencer le choix d’un acheteur.

 

1.3 Vendre dans les villes de deuxième rang

 

Malgré une forte demande dans les 4 villes principales de Chine (Beijing, Shanghai, Shenzhen et Guangzhou), celles-ci ne doivent pas obligatoirement être votre seule option.

 

En effet, plus de 150 villes au centre de la Chine possèdent une population de plus d’1 million d’habitants. De plus, la compétitivité dans les villes de deuxième rang est généralement faible ce qui vous offre la possibilité de saisir des opportunités d’exportations dans ces zones géographiques.

Voici quelques exemples de vins qui font l’objet d’une demande croissante en Chine :

  • Les vins fruités faible en tanin sont les plus appréciés
  • Les vins blancs aromatisés ont un grand potentiel de croissance
  • Les vins mousseux (en particulier les vins doux) sont devenus très appréciés

 

2/ Réglementation d’importation du vin en Chine

 

Il est important d’étudier les réglementations et les normes locales bien à l’avance avant de débuter l’exportation de biens consommables en Chine.

Vous devez vous assurer d’être en totale conformité avec les règlementations nationales strictes exigées par les autorités chinoises concernant les produits alimentaires, le vin y compris. De plus, vous devez suivre les normes GB (normes Guobiao) qui sont souvent dérivées des normes appliquées dans les pays d’Ouest (pas sûre du sens), qui assurent que les produits consommés ne représentent aucun danger.

D’autre part, les normes sont fréquemment actualisées, assurez-vous donc de vous renseigner au bon endroit et d’être à jour sur les informations que vous trouverez.

2.1 Normes issues du AQSIQ (Administration générale de la Supervision de la Qualité, de l’Inspection et de la Quarantaine de la République chinoise)

 

Voici un aperçu des normes imposées par l’AQSIQ et ce qu’elles impliquent :

  • AQSIQ Ordre 27 (2012) – Emis pour l’étiquetage des aliments et du vin pré-emballés
  • AQSIQ Déclaration 55 (2012) – Emis pour administrer l’enregistrement des exportateurs étrangers, agents et importateurs
  • AQSIQ Déclaration 59 (2011) – Utilisé pour l’enregistrement de l’étiquetage des produits importés pour la première fois
  • AQSIQ Décret 144 – Pour les Mesures de Sécurité Administratives de l’Import et Export d’aliments
  • AQSIQ Communiqué No. 44 (2006) – Pour les ajustements du système d’inspection de l’import et export d’étiquetage d’aliment et cosmétiques.

Suppression de la séparation et inspections préliminaires des étiquetages pour les produits alimentaires importés et exportés, y compris le vin. A la place, l’approbation sera transmise par l’inspection du CIQ quand les biens arrivent au port.

  • AQSIQ Décret 78 (2005) « Lois de Protection des Produits d’Indication Géographique » – Utilisé pour protéger les produits qui ont une certaine indication géographique (IG).
  • ASQIQ Communiqué No. 105 (2006) – Accordent un temps plus long pour la fumigation au bromure de méthyle et de hauts niveaux pour les emballages en bois qui entrent ou sortent du territoire chinois.
  • ASQIS Décret 85 – Mesures administrative de quarantaine et contrôle pour l’importation de matériels avec des emballages en bois (2005)

 

2.2 Autres normes relatives à l’alimentaire et au vin

 

  • Loi de sécurité alimentaire de la République Populaire de Chine (2015)
  • Congrès national du peuple (2015)
  • Ordonnance 22 du président pour la publicité
  • SAIC : Mesure pour l’Administration de Signes Spécifiques d’indication Géographique des produits
  • Marque déposée en Chine

 

2.3 Normes GB (Guobiao) pour l’exportation de vin en Chine

 

Les règlements changent rapidement, en particulier dans les marchés émergents comme la Chine. C’est pourquoi, nous vous suggérons de travailler avec des professionnels qui pourront vous guider à travers le processus complet d’exportation.

 

Voici un aperçu des règlementations GB les plus communes qui s’appliquent pour l’importation de vin en Chine :

  •  Norme générale GB 10344-2005 – pour l’étiquetage de boissons alcoolisées pré conditionnés
  • Norme Générale GB 7718-2011 – pour l’étiquetage de produits alimentaires prés conditionnés
  • GB 15037-2006 – pour le vin
  • GB 2758-2012 – Boissons Alcoolisées Fermentées et leur Boisson Alcoolique Intégrée
  • Norme 2760-2014 – pour l’Usage de Compléments Additifs
  • GB 2763-2014 – Niveaux maximum autorisé de pesticides dans les produits alimentaires
  • GB 2761-2011 – Niveaux maximums autorisés de Mycotoxines dans les produits alimentaires
  • GB 2762-2012 – Niveaux maximums autorisés de substances polluantes dans les produits alimentaires
  • GB 12696-1990 – Spécifications d’Hygiène d’Usines de fabrication pour le Vin
  • GB/T 15038-2006 – Méthodes Analytiques de Vin et Vin fruité
  • GB/T 23543-2009 – Pratique de Fabrication de Bien pour les Entreprises Viticoles

Toutes les normes GB qui sont appelés GB/T ne sont pas obligatoires. La lettre « T » vient du mot Tuijian qui signifie « recommandé ».

 

exporter alcool chine

 

3/ Processus à suivre pour exporter du vin en Chine

 

Les étapes indiquées ci-dessous sont nécessaires avant d’exporter votre marchandise. Nous vous invitons à poursuivre la lecture de cet article afin de bénéficier de conseils pratiques pour mener à bien votre exportation.

 

3.1 Signer l’accord avec votre importateur chinoise

 

Avant tout, vous devez trouver un importateur chinois disposé à importer vos produits. Ce même importateur pourra se charger du point suivant. (voir ci-dessous point 2).

 

3.2 Enregistrer votre entreprise à l’AQSIQ

 

Pour être habilité à exporter du vin, vous devez enregistrer votre entreprise à l’AQSIQ.

Par la suite, vous recevrez un numéro d’enregistrement. Les informations concernant votre entreprise seront stockées sur la base de données de l’AQSIQ.

3.3 Enregistrement de votre marque

 

Avant d’expédier vos produits, vous avez besoin d’enregistrer votre étiquette et d’envoyer un certain nombre de documents au CIQ pour vérification. Dans un second temps, vous recevrez un numéro de dépôt pour les produits éligibles à l’importation en Chine.

3.4 Informations à spécifier sur l’étiquette

 

Lorsque vous être prêt à exporter vos biens, il est préférable de joindre les étiquettes chinoises directement sur vos produits. Vous avez la possibilité de le faire avant d’expédier votre marchandise ou après lorsque celle-ci sera arrivée en Chine et stockée dans un entrepôt sous surveillance.

 

Votre importateur local ou votre agent. pourra s’en charger à votre place.

Les informations suivantes doivent être indiquées sur l’étiquette Ingredient

 

etiquette alcool import chine

 

  • Ingrédients
  • Nom du produit
  • Type de vendange de production (par exemple « rouge sec »)
  • Contenance en alcool
  • Pays d’origine (pour les spiritueux dilués et boissons avec des produits maltés)
  • Contenu net
  • Date de fabrication
  • Nom
  • Adresse et Contact du distributeur chinois
  • Instructions de stockage
  • Date de production
  • Date de conservation
  • Additifs alimentaires ajoutés
  • Code barre

3.5 Documents nécessaires pour exporter du vin en Chine

 

Vous devez préparer les documents cités avant d’expédier vos produits :

  1. Facture commercial
  2. Déclaration de douanes en valeur
  3. Document d’assurance fret
  4. Liste du colis d’exportation
  5. Certificat d’Assurance
  6. Certificat d’Origine (pour les spiritueux distillés et les boissons avec du malt)
  7. Certificat Sanitaire (pour les spiritueux distillés et les boissons avec du malt)
  8. Certificat d’Authenticité/Vente Libre (pour les spiritueux distillés et les boissons avec du malt)
  9. Certificat export spécifique au vin

Il est important que vous receviez un certificat sanitaire tamponné et signé par une autorité compétente du pays de fabrication.

 

3.6 Expédier vos biens

 

Lorsque vous avez marqué vos biens, vous pouvez préparer votre expédition. A moins que vous ne soyez pressé pour raisons diverses (besoin en stock ou manque de temps) le moyen de livraison le plus adapté est la voie maritime qui prend en règle générale entre 4 et 6 semaines.

 

3.7 Inspection et étiquetage CIQ

 

Lorsque votre marchandise arrive en Chine, votre importateur local ou agent doit déclarer les biens au bureau du CIQ le plus proche.

Le personnel du CIQ a la responsabilité de contrôler les biens à l’entrée et sortie du territoire chinois et de s’assurer que les normes standards locales sont respectées. Une fois vos biens approuvés, vous recevrez un Certificat d’Approbation du CIQ. Celui-ci permettra l’acheminement de votre marchandise à l’étape suivante, le dédouanement. 

 

3.8 Dois-je tester mes produits avant de les exporter en Chine ?

 

Oui, tout produit alimentaire doit être testé au préalable avant d’être vendu en Chine. Sans cette étape, l’exportation ne pourra pas être envisageable.

Dans tout projet d’exportation, il est nécessaire de s’assurer de la législation en vigueur du pays concernant l’exportation de vin (Loi sur le vin de Nouvelle-Zélande, 2003 par exemple). Lors du test effectué sur le produit viticole, les laboratoires analysent en particulier :

  • Le taux de métaux et minéraux
  • Les Vitamines

4/ Vendre du vin en ligne en Chine

 

Comme énoncé au début de l’article, les ventes en ligne de vins ont rapidement augmenté en Chine.

L’utilisation croissante de sites de vente en ligne (50% des achats la première moitié de l’année en 2017) indique qu’il s’agit d’un concept gagnant.

Les gens ne sont pas réticents sur le fait d’acheter une ou plusieurs bouteilles sur des sites tels que Ele.me ou Tmall, même s’ils ne l’ont pas goûté avant. Une bouteille moderne avec une description plaisante suffit à les convaincre.

5/ Quelles sont les taxes d’importations et les tarifs pour le vin ?

 

Vous devez régler trois taxes différentes lorsque vous exportez du vin :

  • TVA : 17%
  • Droit de douane : 14%
  • Taxe d’accise : 10%

Sans aller dans les détails, les taxes au niveau fiscal seront au total de 40 à 50%.

 

Gardez à l’esprit que les pays qui ont des accords de libre-échange avec la Chine, comme la France peuvent changer donc vérifier bien les taux et suivez l’actualité. 

 

6/ Comment pouvez-vous m’aider à passer à la prochaine étape ?

 

Vous avez besoin d’aide avec la CIQ, le CCC ou faire un premier achat avec Tmall en ligne ? Nous travaillons avec des consultants ou des prestataires de services qui peuvent vous aidez à chaque étape du processus. CIQ, CCC, étiquetage et tests en laboratoire.

  1. Expédition et douanes
  2. Vente sur Tmall, JD Worldwide et autres plateformes
  3. Trouver des détaillants et distributeurs pour vos produits

Alors n’hésitez pas à contacter nos experts pour avoir davantage d’information!
Nos experts vous répondent sous 48H

importer denree alimentaire chine

IMPORTER DENRÉE ALIMENTAIRE EN CHINE

Exporter de l’alimentation en Chine – Quelles sont les étapes à suivre ?

 

En termes de réglementation alimentaire, la Chine a mis en place un système qui repose sur différents niveaux et dont le but principal est de préserver une sécurité et une qualité de ces produits importés. Néanmoins, chaque année, l’État chinois renvoie voir, détruit une grande majorité de ces denrées alimentaires importées en raison d’une non-conformité et/ou d’une irrégularité dans leur qualité.

 

Conséquence ? Dans le cas d’une infraction considérable, la licence d’importation octroyée aux entreprises peut leur être retirée, ce qui les exclurait des échanges commerciaux à venir. C’est donc une perte colossale aussi bien pour les entreprises qui importent que celles qui exportent.

C’est pourquoi, il est essentiel que les entreprises se tiennent au courant des dernières réglementations alimentaires afin d’assurer une conformité dans leurs produits sans pour autant négliger l’aspect économique de cet échange commercial.

 

importation aliment chine

1/ La réglementation chinoise en matière d’importation

 

En fonction du type d’aliments importés, les règles peuvent changer et être mises en application de différentes manières selon les ports, bureaux et agents individuels. Dans ces conditions, il est vivement conseillé aux entreprises de collaborer avec des partenaires de confiance mais également de prêter attention aussi bien au budget qu’au temps accordé afin de prévenir ces imprévus.

Afin d’aider les entreprises qui souhaiteraient exporter leurs produits vers la Chine, voici la liste des règles et lois communes à connaître :

  • La loi sur la salubrité des aliments
  • La loi sur l’inspection des produits d’importation et d’exportation
  • Les règlements sur les importateurs et les exportateurs d’aliments importés et les importations et les exportations de lois de quarantaine pour animaux et plantes, entre autres.

 

1ère étape : S’enregistrer auprès de la CAA:

 

Dans la mesure où vous êtes fabricant et exportateur à l’international, il est nécessaire de s’inscrire auprès des organismes accrédités tel que L’administration de Certification et d’Accréditation (CAA) de l’état dans le cas où l’aliment exporté serait dans « la liste des importations Alimentaires soumises à l’inscription d’entreprise ». Certains aliments comme la viande et les produits alimentaires de santé sont soumis à certaines conditions et nécessitent une inscription complémentaire valable 4 ans et extensible si besoin.

2ème étape : Les licences de pré – importation & la liste des documents à fournir dans sa totalité:

 

En ce qui concerne les licences de pré – importation, il n’est pas nécessaire d’en posséder pour exporter en Chine. Néanmoins, il existe quelques exceptions notamment pour l’importation de produits laitiers ou de volailles, pour lesquels il vous faudra obtenir la licence d’importation automatique (« Automatic Import License ») délivrée par le Ministère du commerce.

 

En outre, si vous souhaitez obtenir le certificat de quotas tarifaires pour les produits agricoles, il vous faut exporter des denrées soumis à des contingents tarifaires d’importation tels que le maïs, le sucre, le blé ou encore le riz.

En règle générale, la documentation exigée pas la Chine en matière d’importations de produits alimentaires est très stricte et complexe. Avant d’expédier votre marchandise alimentaire, il est obligatoire de fournir des documents sur la qualité, la mise en quarantaine, l’origine et le contrôle des importations des produits, une liste détaillée des emballages et une description du matériel d’emballage ainsi que d’autres documents supplémentaires.

Bien que les exigences administratives varient selon les produits et les catégories de produits, vous pouvez préparer les documents suivants pour importer des produits alimentaires en Chine :

  • Facture commerciale
  • Une liste détaillée d’emballages
  • Connaissement
  • Certificat d’exportation du pays d’origine
  • Certificat d’hygiène / santé
  • Certificat de mise en bouteille (pour boissons)
  • Certificat de vente libre
  • Echantillon de l’étiquette originale
  • Echantillon de l’étiquette chinoise
  • Certificat d’inspection.

Cette liste de documents non exhaustive ne sera examinée qu’après l’arrivée des produits importés vers la Chine. C’est pourquoi, vous devez vous assurer que tous vos documents sont authentiques et durement complétés afin d’éviter tout retard et coût de stockage.

3ème Étape : S’assurer de la conformité de l’étiquetage :

 

La Chine exige que tous ses produits alimentaires importés soient étiquetés en caractère chinois simplifié afin de faciliter la compréhension et le dédouanement, mais doivent également faire mention de :

 

  • Nom standard de la denrée alimentaire
  • Liste des ingrédients en pourcentage
  • Noms et adresses des fabricants, agents locaux ou distributeurs
  • Date de production, date de consommation suggérée, date de péremption et guide pour le stockage
  • Pays d’origine
  • Catégorie de qualité
  • Code de norme nationale / norme industrielle pour la production
  • Contenus spéciaux

Pour davantage d’informations, les règles communes à l’étiquetage des aliments pré-emballés en Chine, GB7718-2011, spécifient les exigences d’étiquetage sur la disposition et le contenu des aliments pré-emballés.

Toute étiquette doit être approuvée par le Service d’Inspection et de Quarantaine (CIQS). Puisque qu’en Chine les normes d’étiquettes sont sujettes à changement, il est préférable de solliciter l’avis de professionnels compétents afin de s’assurer de la conformité des étiquettes actualisées.

4ème étape : L’inspection sanitaire des denrées alimentaires et le dédouanement par la CIQ :

 

Une fois entrée en Chine, les denrées alimentaires sont inspectées par les agents des douanes afin de vérifier les documents d’expédition et les exigences d’étiquetage adéquats. Le certificat sanitaire CIQ n’est délivré uniquement si tous les documents sont soumis. Ce certificat doit être délivré pour chaque envoi de marchandise.

 

S’il manque ne serait – ce qu’un document à l’expédition et que cette dernière se retrouve saisie par la douane, vous pouvez soit  fournir une déclaration de la CIQ soit apporter les documents manquants. Pour obtenir une déclaration de la CIQ, vous devez soumettre les documents suivants : votre licence d’importation, votre licence commerciale, votre déclaration de conformité de sécurité, votre certificat de quota, une introduction à votre entreprise et des informations détaillées sur la marchandise.

En outre, le processus est beaucoup plus complexe lorsqu’il s’agit de votre première exportation de produits alimentaires bien que la procédure soit assouplie à la suite d’exportations successives. Pour autant, les fonctionnaires de l’AQSIQ peuvent toujours inspecter les étiquettes et les échantillons lors des prochaines expéditions.

La Chine permet à de nombreux exportateurs alimentaires internationaux d’entrer dans un marché de taille conséquent et rentable. Néanmoins, le fonctionnement chinois en matière d’importation de denrées alimentaires et de boissons peut s’avérer assez difficile à comprendre pour les exportateurs la toute première fois en raison de son système compartimenté et localisé. Tout d’abord, de par l’étendue géographique du pays, l’exportation en chine vers différents lieux exige de procéder avec  précaution afin d’éviter tout échec d’ordre administratif.

2/ Règles générales sur l’étiquetage des aliments préemballés

 

En vertu des Règles générales sur l’étiquetage des denrées alimentaires préemballées (GB7718) mises en œuvre le 1er octobre 2005, les entreprises de production sont tenues de fournir des informations sur la qualité (y compris la sécurité) de leurs produits alimentaires. Les Règles générales stipulent que les informations suivantes doivent figurer sur l’étiquette de l’aliment : nom de l’aliment, liste des ingrédients, contenu net, contenu de la matière sèche, contenu des matières solides, nom et adresse du fabricant, date de fabrication ou emballage, date d’expiration et numéro de produit standard.

 

2.1 Conditions de base

 

La langue utilisée dans l’étiquetage des aliments doit être le chinois standard. Le pinyin chinois peut être utilisé en même temps mais l’orthographe doit être correcte et la taille de la police ne doit pas être plus grande que les caractères chinois correspondants. La langue minoritaire ou étrangère peut également être utilisée en même temps mais doit être une traduction correcte du chinois et la taille de la police ne doit pas être plus grande que les caractères chinois correspondants.

2.2 Contenu obligatoire

 

Nom du produit

 

Si les fabricants peuvent utiliser le nom de la marque sur l’étiquette de l’aliment, ils doivent également indiquer le nom de l’aliment tel que stipulé dans normes nationales ou normes de l’industrie dans les positions à proximité. En l’absence de normes nationales ou de normes industrielles, le nom commun ou le nom générique du produit alimentaire qui peut refléter les caractéristiques réelles de l’aliment et ne pas induire le consommateur en erreur ou le confondre doit être montré.

 

Particularités du fabricant et du distributeur

 

Selon les règles générales, les caractéristiques de l’entreprise de production alimentaire doivent figurer sur l’étiquette de l’aliment. Les produits alimentaires indiquant simplement la ville ou le comté où l’usine est située sont considérés comme non conformes. Farine de blé, riz, amidon de maïs, sucre blanc, glaçage au sucre blanc, sel de table, feuilles de thé, champignons séchés, denrées alimentaires à effet médicinal (comme le goji chinois), etc., produits et conditionnés sur le continent doivent indiquer le nom et l’adresse détaillée de l’unité de production, d’emballage, de ré-emballage ou de distribution. Produits transformés en vrac (par ex. Huile comestible, lait en poudre, vin, etc.) importés de l’étranger et réemballés sur le continent doivent indiquer le nom et l’adresse de l’unité de réemballage sur le continent ainsi que le nom du pays d’origine.

 

Liste des ingrédients

 

A part les produits alimentaires avec un seul ingrédient, tous les autres produits alimentaires doivent être marqués avec un tableau d’ingrédients sur leur étiquette sous la rubrique « Ingrédients » ou « Tableau des ingrédients », énumérant tous les ingrédients par ordre décroissant de quantité. Si un ingrédient est un ingrédient composé de deux ou plusieurs substances, le nom de l’ingrédient composé doit être indiqué dans le tableau des ingrédients et ses substances principales doivent être énumérées par ordre décroissant en termes de quantité entre parenthèses

Contenu net

Le contenu net doit être marqué sur la même surface de l’emballage que le nom

de reglementation etiquette chinel’aliment. Les aliments liquides doivent être indiqués en termes de volume ; les aliments solides doivent être indiqués en termes de masse ; les aliments semi-solides doivent être indiqués en termes de masse ou de volume. Pour les récipients contenant à la fois des aliments solides et liquides (p.ex. des poires en conserve dans de l’eau sucrée), la teneur en matière sèche (matière solide) doit être indiquée en termes de masse ou de fraction de masse.

 

Date de fabrication et date de péremption

 

La date de fabrication est la date d’entrée en usine du produit alimentaire lors de la production et de l’inspection réussie par le fabricant. Pour les boissons glacées (par exemple les sucettes glacées et les glaces), la date de fabrication doit être indiquée sur la boîte d’emballage externe (carton). Les Règles générales exigent que la plupart des produits alimentaires indiquent clairement leur date de péremption. Toutefois, pour les boissons alcoolisées contenant 10% d’alcool ou plus, le vinaigre comestible, le sel de table, le glutamate mono sodique, le sucre alimentaire solide, etc., qui ne se détériorent pas facilement, il n’est pas nécessaire d’indiquer la date de péremption.

 

Numéro de produit standard

 

Les aliments préemballés fabriqués et vendus sur le continent (à l’exclusion des aliments préemballés importés) doivent indiquer sur leur emballage le code et le numéro de série de la norme nationale, de la norme industrielle, de la norme locale ou de la norme entreprise. Le marquage d’une norme plus élevée ou une présentation erronée de la norme adoptée entraînera l’interdiction du marché du produit alimentaire concerné.

 

Marquage des aliments génétiquement modifiés

 

Les produits alimentaires soumis aux mesures d’administration de l’étiquetage des produits agricoles génétiquement modifiés publiés par le ministère de l’Agriculture doivent indiquer sur leurs étiquettes qu’ils sont des aliments génétiquement modifiés. Des exemples comprennent la poudre de soja, l’huile de soja, l’huile de maïs, l’amidon de maïs, l’huile de colza, le colza, la tomate fraîche et la sauce tomate.

En plus des données nutritionnelles ci-dessus, l’étiquette nutritionnelle peut également contenir une liste de graisses saturées (acides), de cholestérol, de sucre, de tissus alimentaires, de vitamines et de minéraux.

Une revendication de contenu se réfère à la revendication des niveaux de contenu de l’énergie ou des éléments nutritifs du produit alimentaire. Les libellés de telles revendications comprennent « contenir », « haut », « bas » ou « non ». Une allégation de comparaison fait référence à l’allégation de comparaison avec la teneur en éléments nutritifs ou la valeur énergétique de produits alimentaires similaires bien connus du consommateur.

Les libellés de ces revendications comprennent « plus » ou « moins ». Une allégation de fonction nutritive fait référence à l’affirmation selon laquelle certains nutriments ont pour fonction de maintenir la croissance, le développement et la physiologie normaux de l’être humain.

Alors n’hésitez pas à contacter nos experts pour avoir davantage d’information!
Nos experts vous répondent sous 48H

s'implaner en chine guide complet

S’IMPLANTER EN CHINE

Six astuces pour s’implanter en Chine

 

La Chine est un marché remplit d’opportunités commerciales qui pousse de nombreux entrepreneurs à vouloir s’y ’implanter. Cependant, l’immensité et la complexité de ce marché sont à étudier de près afin de pouvoir développer une politique commerciale adaptée et efficace. Pour une implantation commerciale réussie, SINO Shipping vous propose à travers cet articles quelques recommandations utiles pour vos prochains projets en Chine :

 

La recherche

 

Avant de vouloir pénétrer un marché, il est impératif d’étudier en profondeur ses caractéristiques pour pouvoir s’adapter aux modes de consommation locaux et ainsi adopter une stratégie commerciale efficace. De par sa grandeur, la Chine représente un marché unique à l’échelle planétaire. L’immensité et la complexité de ce territoire rendent plus difficile la compréhension de ce marché et de ses codes pour les entrepreneurs occidentaux. En effet, la Chine, aussi vaste que l’Europe mérite des recherches ciblées en fonction de chaque région pour la mise en place de stratégies commerciales pertinentes.

Malgré la complexité que présente le marché chinois, les opportunités commerciales sont nombreuses et les chances de succès multiples. Pour cette raison, des entreprises venues du monde entier ont tenté leur chance en Chine. Certains parviennent avec succès à s’adapter aux préférences locales des consommateurs chinois tandis que d’autres échouent.

Pour éviter tout échec commercial, la première phase de vos démarches consiste donc à une étude approfondie et détaillée du marché chinois. Quelle stratégie commerciale allez-vous adopter ? Dans quelles régions allez-vous vous implanter ? Dans une région géographique limitée, à travers tout le pays ? Comment allez-vous distribuer vos produits ? Via quels canaux de distribution ? Ces questions sont essentielles afin de pouvoir développer des politiques et stratégies commerciales adaptées et performantes.

L’étude du marché avant le lancement de vos activités représente donc la phase la plus importante de votre projet : vous devez savoir où vous allez, à qui vous allez vous adresser, et de quelle manière vous allez le faire. En adaptant votre offre aux consommateurs chinois et en connaissant parfaitement leur mode de fonctionnement, leurs habitudes et leurs préférences, vous optimisez considérablement vos opportunités de succès en Chine.  Attachez donc une grande importance à cet aspect essentiel de vos projets commerciaux : l’analyse et l’étude approfondie du marché dans lequel vous vous implantez.

Vous avez la possibilité de confier ces recherches à des entreprises spécialisées qui, suite à un accord commun, vous fourniront une étude de marché approfondie. Les éléments de réponses fournis seront d’une grande utilité pour l’efficacité et l’évolution de votre projet.

Beaucoup d’entreprises offrent des services d’études de marché de qualité en Chine mais chaque offre diffère en fonction des entreprises. Certaines d’entre elles sont spécialisées dans des secteurs d’activité précis et d’autres proposent des études de marché plus générales. Pour ces études de marché, veillez donc à choisir l’entreprise adéquate, en ligne à votre secteur d’activité.

Vous pouvez également bénéficier de rapports ou de comptes rendu gratuits en ligne (CBBC, McKinsey etc.) Les chambres de commerce sont aussi des organismes à privilégier qui peuvent mette à votre disposition des services adaptés à vos recherches.

L’enregistrement de votre marque

 

L’enregistrement de votre propriété intellectuelle en Chine devra être faite aussi tôt que possible. Cette dimension est impérative pour la protection et la conservation de vos projets commerciaux. La Chine a le système de premier déposant. Autrement dit, si une autre personne enregistre votre nom de marque avant vous, il est dans son droit. Assurez-vous donc de bénéficier de l’aide d’avocats spécialistes pour obtenir des conseils adaptés et préparer votre implantation en Chine.

Il est également judicieux de se questionner sur le nom de marque et le logo que vous utiliserez. Ces questions sont essentielles et il est fortement recommandé d’adapter ces éléments au marché chinois.  Sont-ils adaptés et appropriés à la Chine et aux codes locaux ? Certains mots et noms en français ou en anglais sont difficiles à écrire ou à prononcer en chinois, ou peuvent même porter un sens fortuit. Assurez-vous donc de la pertinence de votre logo ainsi que de celle de votre nom de marque afin de vous lancer sur le marché chinois. Ici encore, la chambre internationale du commerce peut vous aider et vous apporter des conseils adaptés face à ce type de problématiques.

Certains organismes spécialisés pourront également vous assister dans le choix du nom et du design.

Repenser et adapter votre business

 

Il est essentiel d’adapter votre produit et votre marketing au marché chinois. Peu importe la façon dont votre produit est perçu sur d’autres marchés, ne supposez pas un instant que la perception sera la même en Chine. Ce marché présente des caractéristiques uniques qu’il faut connaître pour développer des produits à fort potentiel de succès.

Toutes les plus grandes entreprises mondiales ont d’ailleurs adapté leurs produits au marché chinois pour pouvoir s’y implanter et générer un succès commercial important. Prenons l’exemple du géant Mc Donald. En s’implantant en Chine, ce mastodonte de la restauration rapide a dû adapter ses produits et son image de marque aux consommateurs chinois. En adaptant le nom de marque, les produits et la stratégie commerciale aux consommateurs locaux, Mc Donald est parvenu à séduire les consommateurs chinois et ainsi à prendre des parts de marché importantes.

La persévérance

 

La persévérance est une qualité indispensable pour tout entrepreneur. Développer un business en Chine peut prendre beaucoup de temps et les obstacles à rencontrer sont nombreux. Pour faire face aux différents aléas, la patience et la persévérance sont des vertus primordiales.

Les formalités administratives locales sont différentes de celles exercées en Europe et ces barrières administratives peuvent constituer des freins à vos projets. Il est donc important voire essentiel de maîtriser cet aspect pour le bon déroulement de votre projet.

Vous pouvez pour cela solliciter des entreprises spécialisées qui vous accompagneront dans votre implantation régionale et dans l’ensemble des formalités administratives requises (licence d’import, enregistrement de l’entreprise etc.)

Ici encore, la chambre de commerce franco-chinoise peut fournir une liste exhaustive d’informations utiles pour vos démarches et pour vous aider à faire les bons choix.

Le relationnel ou « Guanxi »

 

Cette notion est primordial lorsque vous faites du business en Chine. La culture chinoise veut que l’on développe des affaires avec des amis de confiance. Cela fait partie intégrante du « business model » en Chine où la dimension du « Guangxi » prend une place prépondérante. La confiance est le pilier principal sur lequel se reposent des partenaires commerciaux qui décident de s’allier autour d’un projet commercial. La notion de commerce en Chine est donc radicalement opposée à celle perçue en occident, où l’on considère généralement que l’affecte n’a aucune place dans le monde des affaires, contrairement à la Chine dont les codes socio-culturels et professionnels nous dictent le contraire.

Pour vos projets professionnels en Chine, il est donc fortement recommandé d’identifier un partenaire local de confiance avec qui vous pourrez développer votre commerce en toute sérénité. Vous avez la possibilité de trouver un agent ou un distributeur, mais identifier le bon peut-être être perçu comme un parcours du combattant. Cependant, ce choix est essentiel pour le l’évolution de votre implantation et pour la performance de vos ventes. La chambre internationale peut vous aider à trouver les candidats qui vous conviendront afin de construire un réseau solide et de mettre en place des plans commerciaux efficaces pour une distribution nationale de qualité.

Aujourd’hui, grâce à ses partenariats de longue date et ses relations de confiance avec ses partenaires régionaux, SINO Shipping propose des services de qualité entre la Chine et le pays de votre choix.

Soyez prêt

 

Il se peut que le marché chinois vienne à vous avant même que vous ne soyez préparé. Quand vous investissez en Chine, tenez-vous prêt à répondre à des demandes en grand nombre. Les succès commerciaux arrivent de manière subite et peuvent se traduire par une augmentation accrue et spontanée des demandes nationales. La culture chinoise est grandement orientée sur le bouche à oreille et les jeunes internautes communiquent entre eux sur les réseaux sociaux locaux (Weibo ou WeChat) pour préconiser telle ou telle marque.  Ce mode de communication peut s’avérer très fructueux, ou a contrario jouer en défaveur des entreprises dont l’implantation en Chine n’a pas été réussie.

D’ailleurs, la dimension de bouche à oreille a largement joué en la faveur de SINO Shipping. Grace au retour positif des clients, l’entreprise a pu se construire une renommée et une notoriété nationale importante.

Importer de Chine

Que faire ?

 

Vous avez du mal à trouver le produit idéal ? Misez sur l’expertise du groupe SINO

Vous doutez de la fiabilité de fournisseurs Chinois ? Bénéficiez d’un réseau testé et approuvé.

Vous voulez être sûr d’acheter des produits de qualité ? SINO Group gère toutes les opérations : de l’échantillon à la livraison !

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

exporter de la biere vers la chine

EXPORTER DE LA BIÈRE VERS LA CHINE : LE GUIDE COMPLET

Le goût des chinois pour les produits étrangers a très vite augmenté ces dernières années, et le bière n’est pas en reste !

Avec une population de plus en plus aisée et donc un vivier de jeunes plus aisés, les alcools et bières locales ont laissé leur place aux produits importés de l’étranger.

Mais il n’est pas facile de savoir par où commencer, et souvent, il manque d’informations sur la procédure ou les régulations auxquelles se conformer.

Ainsi, nous écrivons ce guide pour expliquer tout ce que vous devez savoir pour exporter de la bière vers la Chine.

 

Le marché de la bière en Chine

 

De même que le marché du vin, le marché de la bière croit à vitesse grand V.

Auparavant, les bières les plus légères (la Qingdao à 3.6% par exemple) étaient appréciées et souvent accompagnées d’un verre de Baijiu (vin de riz). C’était même assez typique en réalité.

Puis, les Chinois, comme beaucoup d’autres, ont commencé à apprécier les vins et la bière occidentaux. Aujourd’hui, boire une bière étrangère en Chine est quelque chose d’exotique pour certains mais aussi quelque chose de tout à fait normal pour d’autres. Evidemment, certaines (comme les bières belges) sont plus exotiques que d’autres.

Chez les jeunes aussi, il est cool de boire des bières étrangères, de qualité.

De sorte, plusieurs magasins entièrement dédiés à l’alcool voire à la bière ont ouvert dans les métropoles chinoises. Beer Lady est le plus connu de tous.

 

Où vendre sa bière en Chine ?

 

La plus forte demande de bières étrangères vient sans aucun doute des grandes métropoles de la côte Est chinoise. Mais dans les villes plus modestes, les habitants commencent à y prendre goût également.

Si vous êtes une petite marque, nous vous recommandons de viser directement les grandes villes où le pouvoir d’achat est souvent plus élevé et les mentalités plus ouvertes vers l’étranger.

Se faire aider par un distributeur ou un agent

 

Vous pouvez chercher un distributeur chinois ou un agent qui vous en apprendra plus sur les opportunités à saisir sur le marché. Lorsque vous vendez votre bière, il faut savoir que les plus grandes marques dépensent beaucoup dans le marketing en essayant de grapiller le plus de parts de marché possible.

Cela ne veut pas dire que vous ne vous ferez pas une place. Vous serez sur un autre segment puisque votre bière se distingue de celle des grandes marques.

Les plus grandes marques de bière en Chine

 

A part les locales Qingdao et Snow beer, qui trustent les plus grosses parts de marché et de loin, les marques les plus courantes sont Tiger, Budweiser, Heineken et Carlsberg.

Mais ne soyez pas surpris de trouver des marques plus modestes dans des plus petites villes. Par exemple, la marque danoise Tuborg s’est installée dans des villes plus petites afin d’éviter la concurrence des grandes.

 

Vers quelles bières va la demande ?

 

Alors que les Chinois buvaient principalement de la Pilsner auparavant, la demande pour des bières plus fortes a augmenté. Les bières fruitées sont de plus en plus appréciées également.

 

Les régulations en matière d’importation

 

Tout d’abord, vous devez savoir que la Chine a des normes différentes de l’Occident en matière d’importations. Les premières, les normes GB (Guobiao) sont en réalité très proches des normes ISO.

Avant l’exportation, vous devez vérifier que vos produits sont en accord avec les normes applicables à votre produit et être en mesure d’en fournir des preuves.

Pour la bière et le vin, les normes GB peuvent varier pour les raisons suivantes :

  • La bière contient du malt
  • Le vin contient un taux d’alcool plus élevé
  • Le vin contient plus de métaux
  • La bière contient du dioxyde de carbone

 

Les normes GB pour la bière

 

Voici quelques normes GB applicables à la bière en Chine : GB 2758, GB 4554-1996, GB 4928, GB 10344, GB 7718-2011, GB/T 191, etc.

 

Les HS codes pour la bière

 

Les HS codes sont utilisés dans le monde entier pour classifier les produits commercialisés entre les pays. Ils s’appliquent aussi à la Chine et servent à faciliter le travail des douanes et la collecte de données du gouvernement.

La procédure pour exporter de la bière vers la Chine

 

Nous ne rentrerons pas trop dans les détails car cela a été fait dans cet article sur l’exportation du vin vers la Chine.

Pour résumer, voici les étapes à réaliser :

  • Trouver un importateur chinois et signer un accord
  • Enregistrer votre entreprise sur le site de l’AQSIQ
  • Enregistrer votre marque
  • Expédier vos biens
  • Passer les inspections CIQ
  • Passer le dédouanement

Gardez à l’esprit que votre importateur et votre agent ont aussi des obligations vis-à-vis de votre business :

  • L’enregistrement du business auprès du SAIC
  • L’obtention d’une licence d’importation et d’exportation auprès du MOFCOM
  • L’enregistrement auprès des douanes chinoises
  • Obtenir une licence automatique d’importation auprès du MOFCOM

 

Qu’ai-je besoin d’inclure sur l’étiquette de ma bière ?

 

Les normes GB concernant l’étiquetage vont déterminer ce que vous devez inclure sur l’étiquette :

  • GB 10344 : Les lignes directrices de l’étiquetage avant emballage des boissons
  • GB 7718-2011 : Normes générales d’étiquetage de la nourriture pré-emballée
  • GB/T 191 : Illustration et logo pour l’emballage, stockage et transport

Les informations qui doivent figurer :

  • Les ingrédients
  • Le nom de votre produit
  • Le type de produit
  • Le pourcentage d’alcool
  • Le pays d’origine
  • Le contenu net
  • La date de production
  • L’adresse et le contact du distributeur chinois
  • Les instructions de stockage
  • Le délai de dépôt
  • La durée de conservation
  • Les additifs ajoutés
  • Le code-barre

 

Dois-je faire tester mes produits avant de les exporter ?

 

De même que pour l’étiquetage, vous devez tester et prouver la conformité aux normes GB.

Peut-on vendre sa bière en ligne ?

 

Oui, les étrangers peuvent vendre leur bière en ligne en Chine. Les options les plus courantes sont via Tmall GlobalJD, Epermarket et Ele.me.

 

Quels sont les droits de douanes et les taxes à l’importation ?

 

Vous devez payer les taxes suivantes pour les importations de bière :

  • La TVA à 17%
  • La taxe sur la consommation qui s’élève à 220 RMB par tonne (environ 30 euros) si le prix à la tonne est inférieur à 320 euros et à 250 RMB par tonne sinon.

Les foires commerciales pour les bières et dérivés

 

Prendre le temps de visiter quelques foires peut être une bonne chose et ouvrir de belles opportunités sur le marché chinois de la bière.

Ce sera aussi l’occasion de consolider votre réseau dans le domaine. Vous aurez besoin de personnes qui ont de l’expérience sur le pays.

La CBCE (Craft Beer China)

En 2017, plus de 150 brasseries différentes y étaient présentes, la rendant la plus populaire. Elle a lieu chaque année en Mai à Shanghai.

La CBB (China Brew China Beverage)

La deuxième plus grande, qui est tenue annuellement à Pékin ou à Shanghai. Elle attire plus de 50 000 visiteurs et des centaines d’exposants. Cela fait 20 ans qu’elle existe et nous vous conseillons de ne pas l’ignorer.

 

Conclusion

 

La popularité des bières importées ne cesse d’augmenter en Chine étant donné que, de manière générale, les Chinois s’intéressent de plus en plus aux produits occidentaux et que la classe moyenne ne cesse de grandir.

Avant d’exporter vos produits, choisissez bien le segment sur lequel vous voulez vous positionner et si vous voulez opérer en ligne ou physiquement dans les bouteilleries locales.

N’oubliez pas non plus de vous conformer aux normes GB locales en matière de test des produits et d’étiquetage.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

comment se preparer a exporter vers la chine

Comment se préparer à exporter vers la Chine ?

Si vous êtes préparé, confiant et motivé, il ne devrait pas être très compliqué d’exporter vos produits vers la Chine. Cependant, les entreprises oublient parfois que pour réussir, il faut s’être préparé. Il faut être assez mature pour pénétrer un marché comme celui de la Chine. Dans cet article, nous donnons des informations essentielles afin de diminuer vos chances d’échec lors de vos premières exportations vers la Chine.

1) Préparer ses exportations vers la Chine – Guide

Trouver des clients chinois

D’après une étude datant de 2018 sur les petites et moyennes entreprises françaises, 70% n’oseraient pas exporter vers l’Asie surtout car elles ne savent pas par où commencer. C’est pourtant très dommage lorsque l’on voit le potentiel du marché chinois et de sa classe moyenne grandissante. Dans cet article, nous allons présenter les méthodes les plus courantes pour trouver des clients chinois. Mais d’abord, commençons par une présentation de deux foires commerciales majeures qui ont lieu chaque année en Chine.

 

Les foires commerciales en Chine

Des milliers de personnes se rendent aux foires commerciales annuelles en Chine. La majorité de ces foires ont lieu auprès des grandes mégapoles comme Shanghai, Pékin et Guangzhou. Ces villes sont donc facile d’accès et en quelques jours, vous allez y rencontrer des dizaines et des dizaines de futurs collaborateurs potentiels.

La plus grande foire commerciale de Chine est la foire de Canton. Depuis 1957 et la première édition, les importateurs et exportateurs du monde entier se rendent dans la ville de Guangzhou (au Sud de la Chine, auprès de Shenzhen et Hong Kong) pour y participer. Tous les produits sont concernés par cette foire et les organisateurs peuvent vous aider à voyager et à vous loger. Les produits sont divisés en trois volets.

Distributeurs

Les distributeurs sont une bonne option pour assurer un bon déroulement des exportations. Ils peuvent vous soulager sur des questions de dédouanement, de certification, d’emballage, de régulations, de marketing, etc. Ils sont un très bon point d’entrée dans l’immense marché chinois. Néanmoins, il convient d’entretenir une bonne relation avec eux pour pouvoir tirer profit du partenariat.

Les certifications en Chine (certificat CCC)

Vos produits doivent absolument être compatibles avec les normes et régulations en Chine. Le certificat CCC (China Compulsory Certification) est obligatoire pour presque tous les produits. Par exemple, il sera requis pour les appareils ménagers, les pièces détachées de véhicules, les lunettes de sécurité, les jouets, les appareils médicaux, les objets en latex, les outils électriques, etc.

Voici la procédure pour obtenir la certification :

  1. Envoyer une demande
  2. Envoyer des échantillons produits avec leurs détails
  3. Une entreprise chinoise de certification fait passer tous les tests à vos produits
  4. Cette même entreprise inspecte votre usine
  5. Si tout est en règle, vos produits ont l’étiquette apposée CCC
  6. Tous les ans, les usines sont à nouveau inspectées

 

Quel est le coût de la certification CCC ?

Les coûts de la certification varient selon les produits que vous souhaitez certifier. Les coûts minimaux à supporter seront les suivants : les frais de candidature, les frais liés aux tests des produits, les frais d’inspection des usines (surtout la première), les frais liés au travail des auditeurs, les coûts liés à l’attribution du label (impression par exemple).

 

Enregistrer votre marque déposée en Chine

Il est extrêmement intéressant d’enregistrer une marque en Chine. La règle en Chine est en quelque sorte « premier arrivé premier servi ». Ainsi, la première personne à déposer sa marque aura tous les droits qui y sont liés.

Nous vous recommandons d’enregistrer votre marque avant que vos produits soient envoyés depuis la France. Le coût sera d’environ 430 euros, ce qui reste négligeable comparé aux charges d’un avocat si vous ne déposez pas votre marque. Faîtes bien attention au fait que si votre entreprise n’est pas basée en Chine, vous devrez engager un avocat chinois ou un agent spécialisé dans l’enregistrement. Ce sont les seules personnes autorisées à réaliser la procédure.

 

Transporter vos produits vers la Chine

Depuis la France, il n’y a que deux moyens viables pour expédier ses produits vers la Chine : le fret aérien et le fret maritime.

Nous allons voir les avantages et les inconvénients de chaque mode de fret afin de vous aiguiller dans votre choix.

Le fret aérien

En règle générale, le fret aérien revient plus cher que le fret maritime. Cependant, le temps de trajet est bien plus court et permet une livraison dans la semaine voire plus rapidement selon les services choisis. Ce qu’il est important de noter est que le fret aérien est la meilleure option lorsqu’il s’agit de transporter un petit volume (et poids assez léger). En effet, pour un gros volume ou un poids excessif, le fret maritime sera financièrement beaucoup plus avantageux.

 

Le fret maritime

Le fret maritime est l’option la plus choisie pour transporter des marchandises pour la simple et bonne raison qu’il résulte moins cher dès lors que l’on souhaite envoyer une grande quantité de produits. Pour de très petites quantités, les frais de groupage/dégroupage peuvent rendre le prix exorbitant et plus élevé que celui du fret aérien.
En revanche, il faut compter plus d’un mois pour un fret maritime de France jusqu’en Chine. Mais cela n’est bien évidemment pas un problème si vous planifiez correctement votre approvisionnement et vos livraisons.

 

Cargaison FCL

FCL signifie Full Container Load, c’est-à-dire que le container est plein (ou presque) et ne transporte que vos marchandises. C’est l’option la moins onéreuse car elle ne comprend pas de frais de groupage/dégroupage.

 

Cargaison LCL

Cette fois, LCL siginife Less than Container Load. Autrement dit, votre container sera partagé avec d’autres expéditeurs car votre envoi n’est pas assez volumineux. C’est une bonne option pour des volumes trop grands pour un fret aérien mais trop petits pour choisir un service FCL.

2) Relations entre la Chine et l'Union européenne

Les relations entre l'Union européenne (UE) et la Chine ou les relations sino-européennes ont été établies en 1975. Selon le Service européen pour l'action extérieure, les relations entre l'UE et la Chinevisent à coopérer dans les domaines de la "paix, de la prospérité, du développement durable et des échanges entre les peuples"L'UE est le premier partenaire commercial de la Chine  et la Chine est le deuxième partenaire commercial de l'UE après les États-Unis, alors que l'UE a mis en place un embargo sur les armes et de nombreuses mesures antidumping.

Dans l'agenda stratégique de coopération UE-Chine pour 2020, adopté conjointement en 2013, l'UE a réaffirmé son respect pour la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, tandis que la Chine a réaffirmé son soutien à l'intégration européenne. Un sommet annuel UE-Chine se tient chaque année pour examiner les relations politiques et économiques ainsi que les questions mondiales et régionales.

 

Accords

Les relations sont régies par l'accord de commerce et de coopération UE-Chine de 1985. Depuis 2007, des négociations sont en cours pour l'adapter à un nouvel accord d'association avec l'Union européenne.

Historique

Après la fin de la guerre froide, les relations avec l'Europe n'étaient pas aussi prioritaires pour la Chine que ses relations avec les États-Unis, le Japon et les autres puissances asiatiques. Cependant, l'intérêt pour des relations plus étroites a commencé à augmenter à mesure que les contacts économiques se multipliaient et que l'intérêt pour un système multipolaire augmentait. Bien qu'ils aient initialement imposé un embargo sur les armes à la Chine après Tiananmen (voir la section sur l'embargo sur les armes ci-dessous), les dirigeants européens ont levé l'isolement de la Chine. L'économie croissante de la Chine est devenue le centre d'intérêt de nombreux visiteurs européens et, à leur tour, les hommes d'affaires chinois ont commencé à faire de fréquents voyages en Europe. L'intérêt de l'Europe pour la Chine a conduit l'UE à devenir exceptionnellement active avec ce pays au cours des années 1990, avec des échanges de haut niveau. Les échanges commerciaux entre l'UE et la Chine ont augmenté plus rapidement que l'économie chinoise elle-même, triplant en dix ans, passant de 14,3 milliards de dollars en 1985 à 45,6 milliards de dollars en 1994.

Toutefois, la coopération politique et en matière de sécurité a été entravée, la Chine ne voyant que peu de chances d'y progresser. L'Europe était à la tête du désir d'expansion et d'intervention de l'OTAN au Kosovo, ce à quoi la Chine s'est opposée car elle considérait que l'Europe étendait l'influence américaine. Toutefois, en 2001, la Chine a modéré sa position anti-américaine dans l'espoir que l'Europe lèverait son embargo sur les armes, mais les pressions exercées par les États-Unis ont fait que l'embargo est resté en vigueur. De ce fait, la Chine considérait l'UE comme trop faible, divisée et dépendante des États-Unis pour être une puissance significative. Même dans le domaine économique, la Chine était furieuse contre les mesures protectionnistes contre ses exportations vers l'Europe et contre l'opposition de l'UE à donner à la Chine le statut d'économie de marché pour pouvoir adhérer à l'OMC.

Toutefois, la coopération économique s'est poursuivie, avec la "Nouvelle stratégie asiatique" de l'UE, la première rencontre Asie-Europe en 1996, le sommet UE-Chine de 1998 et de fréquents documents politiques souhaitant un partenariat plus étroit avec la Chine. Bien que la crise financière asiatique de 1997 ait freiné l'enthousiasme des investisseurs, la Chine a bien résisté à la crise et a continué d'être l'un des principaux moteurs du commerce de l'UE. Les dirigeants chinois étaient impatients de retrouver l'intérêt européen et ont effectué des visites de haut niveau tout au long des années 1990, visites qui se sont accompagnées d'importantes ventes de l'UE à la Chine. Le commerce en 1993 a connu une augmentation de 63% par rapport à l'année précédente. La Chine est devenue le quatrième partenaire commercial de l'Europe à cette époque. Même après la crise financière de 1997, le commerce UE-Chine a augmenté de 15% en 1998.

L'agenda stratégique de coopération UE-Chine 2020, adopté en 2013, appelle à une coopération dans les domaines de la "paix, de la prospérité, du développement durable et des échanges entre les peuples". En 2016, l'UE a adopté la "Communication conjointe sur les éléments d'une nouvelle stratégie de l'UE à l'égard de la Chine" comme stratégie pour la Chine.

Le 16 octobre 2018, la Force navale de l'Union européenne et l'Armée populaire de libération du peuple chinois ont organisé pour la première fois un exercice militaire conjoint. L'exercice s'est déroulé sur une base militaire chinoise à Djibouti et s'est achevé avec succès. Le contre-amiral Alfonso Perez De Nanclares a déclaré que les préparatifs des futurs exercices avec la marine chinoise sont en cours.

 

Commerce

L'UE est le premier partenaire commercial de la Chine et la Chine est le deuxième partenaire commercial de l'UE après les États-Unis. La majeure partie de ce commerce concerne les produits industriels et manufacturés. Rien qu'entre 2009 et 2010, les exportations de l'UE vers la Chine ont augmenté de 38 % et celles de la Chine vers l'UE de 31 %.

 

tableau volume échanges

 

Échange des biens

Les machines et les véhicules dominent les exportations et les importations. Les cinq principales exportations de la Chine sont :

  • Ordinateurs
  • Le matériel de radiodiffusion
  • Les téléphones
  • Les pièces de machines de bureau
  • Les circuits intégrés.

Les cinq principales importations de la Chine sont :

  • Le pétrole brut
  • Les circuits intégrés
  • Le minerai de fer
  • L'or
  • Les voitures.

En ce qui concerne les importations communautaires de groupes de produits AMA/NAMA, la part des produits industriels représente une valeur de 343,725 millions d'euros et obtient le pourcentage impressionnant de 98,1% (sur un total de 350,535 millions d'euros). Il en va de même pour les exportations vers la Chine, où les produits industriels restent en tête de liste et représentent 159,620 millions d'euros (93,7% du volume total des exportations).

 

Echange de service

Le commerce des services joue un rôle important dans toutes les économies modernes. Un secteur des services tertiaires résilient, ainsi qu'une plus grande disponibilité des services, peuvent stimuler la croissance économique et améliorer la performance industrielle. Dans un monde de plus en plus localisé, des services tels que la finance, les assurances, les transports, la logistique et les communications fournissent des intrants intermédiaires essentiels et apportent ainsi un soutien crucial au reste de l'économie. L'Union européenne représentant ses 28 États membres et la Chine sont tous deux membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et participent aux discussions en cours sur l'accord sur le commerce des services (TiSA). Le volume du commerce des services de tous les pays participants correspond à 70 % du volume total mondial. Le TiSA est un outil important pour accroître la part du commerce des services en s'attaquant aux obstacles existants. Avec TiSA, de nouvelles opportunitésseront offertes aux fournisseurs de services tout en favorisant la croissance, l'emploi et la prospérité chez tous les membres participants. Selon les dernières informations statistiques d'Eurostat, la balance des services de l'UE avec la Chine présente un excédent de 10,3 milliards d'euros en 2015 en raison d'une poussée des exportations (les exportations ont atteint 36 milliards d'euros et les importations 25,7 milliards).

 

Projet de voies commerciales intelligentes et sécuritaires

Le projet SSTL a été lancé en 2006 en tant que projet pilote entre l'Union européenne et la Chine, premier pays asiatique. Les États membres de l'UE participants à l'époque étaient les Pays-Bas et le Royaume-Uni. A partir de 2010 (lorsque la deuxième phase du projet a été lancée), d'autres États membres de l'UE ont adhéré : Belgique, France, Allemagne, Italie, Pologne et Espagne. Ce projet met à l'épreuve les recommandations relatives à la sûreté et à la sécurité du cadre normatif de l'Organisation mondiale des douanes sur les conteneurs, en facilitant l'échange de données "douane à douane", la coopération en matière de gestion des risques, la reconnaissance mutuelle des contrôles douaniers et les programmes de partenariat commercial. Les 120 voies commerciales impliquant 200 opérateurs économiques entre 16 ports maritimes faciliteront sans aucun doute les échanges entre la Chine et les pays participants de l'UE car le chargement et le déchargement des conteneurs nécessiteront moins de contrôles et d'interventions des autorités douanières.

Il y a eu quelques différends, comme celui sur les importations de textiles dans l'UE (voir ci-dessous). La Chine et l'UE cherchent de plus en plus à coopérer, par exemple, la Chine a rejoint le projet Galileo en investissant 230 millions d'euros et a acheté des avions Airbus en échange de la construction d'une usine de construction en Chine ; en 2006, la Chine a passé commande de 150 avions lors d'une visite du président français Jacques Chirac[14] En outre, malgré l'embargo sur les armes, un câble diplomatique américain fuit a suggéré que l'UE avait vendu en 2003 400 millions € en "exportations militaires" et ensuite, en technologie sous-marine et radar militaire.

 

Science et technologie

La Chine et l'UE ont lancé leur premier programme de coopération scientifique et technologique en 1983. Ils ont également rédigé en 1998 un accord de coopération scientifique et technologique qui a été renouvelé en 2004 dans le but de relier les organismes de recherche, l'industrie, les universités et les chercheurs individuels dans des projets spécifiques financés par le budget de l'UE. La coopération actuelle de l'UE et de la Chine dans le domaine des sciences et technologies a été rendue disponible par le programme Horizon 2020. L'initiative Horizon 2020 de la Commission européenne porte sur les domaines suivants : alimentation, agriculture et biotechnologie; urbanisation durable ; énergie ; aéronautique ; et autres domaines, notamment les TIC, l'eau, la santé, la société, la recherche polaire, les instruments pour les pme et l'espace[17].

 

Conflits commerciaux

Conflit sur les textiles

Il y a un différend au sujet des importations de textiles dans l'UE (les guerres des soutien-gorge), les fabricants nationaux européens étant perdants face aux produits importés chinois moins chers. L'UE et la Chine sont finalement parvenues à un accord mettant fin au "conflit des textiles", qui a empoisonné leurs relations pendant plusieurs semaines. Les deux parties (le gouvernement chinois d'une part, la Commission européenne d'autre part) ont finalement trouvé un accord qui semble mettre fin au litige entre Pékin et Bruxelles. Selon les termes de l'accord, la Chine a accepté, en échange de la libération de 80 millions d'articles détenus dans les ports européens, que la moitié seulement de ces articles soient déduits de ses quotas d'exportation pour 2006.

 

Mesures antidumping de l'UE

L'UE a mis en place de nombreuses mesures antidumping pour protéger son marché contre les produits bon marché en provenance de Chine, notamment l'acier.

 

Embargo sur les armes

Le matériel militaire européen, tel que l'Eurofighter Typhoon (photo), est interdit à l'exportation vers la Chine.

L'embargo sur les armes imposé à la Chine par l'UE a été imposé par l'UE à ce pays en réponse à la répression des manifestations de 1989 sur la place Tiananmen. La Chine a déclaré sa position selon laquelle l'embargo devait être levé, le qualifiant de "très troublant" et de "discrimination politique". En janvier 2010, la Chine a de nouveau demandé la levée de l'embargo.

 

Divisions internes de l'UE

Une fuite d'un câble américain a révélé les divisions internes au sein de l'UE au sujet de l'interdiction pendant les négociations en 2004. La France a considéré l'interdiction comme anachronique et a refusé d'envisager d'attacher des réformes en Chine comme une condition, déclarant que "la Chine n'accepterait pas la conditionnalité des droits de l'homme". L'Autriche, la Belgique, la Tchéquie, la Grèce, l'Italie et le Royaume-Uni faisaient tous partie du camp français. L'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ont souhaité attacher une levée de l'interdiction aux "mesures spécifiques chinoises en matière de droits de l'homme". Plusieurs chefs d'État de l'UE se sont opposés à l'embargo ou se sont prononcés en faveur de son maintien. La chancelière allemande Angela Merkel a déjà fait part de son opposition à la levée de l'embargo, alors que son prédécesseur, Gerhard Schröder, y était favorable.

Le Parlement européen s'est toujours opposé à la levée de l'embargo. Toutefois, la Haute Représentante Catherine Ashton a présenté des plans pour la levée de l'embargo en 2010, faisant valoir que "l'embargo actuel sur les armes est un obstacle majeur au renforcement de la coopération UE-Chine en matière de politique étrangère et de sécurité". L'ambassadeur de Chine auprès de l'UE, Song Zhe, s'est dit d'accord, notant que "cela n'a aucun sens de maintenir l'embargo.

 

Pression extérieure

Les États-Unis, qui imposent également un embargo sur les armes à la Chine, affirment que la levée de cet embargo entraînera un transfert de technologie qui augmentera les capacités de l'armée chinoise. Les États-Unis ont joué un rôle important dans le maintien de l'interdiction de l'UE. Les États-Unis considèrent la Chine comme une menace militaire potentielle et ont fait pression sur l'UE pour qu'elle la maintienne en place. En 2011, l'ambassadeur de la Chine auprès de l'UE a suggéré qu'à l'avenir " l'UE devrait prendre ses propres décisions ".

De même, le Japon est tout aussi opposé à toute tentative de lever les restrictions sur les armes imposées à la Chine. Le gouvernement japonais, en particulier les membres de droite du cabinet, indique qu'une telle mesure modifierait fortement l'équilibre du pouvoir en Asie du Sud-Est en faveur de la Chine au détriment du Japon. La Chine a qualifié la position du Japon de provocatrice, tandis que le Japon a déclaré que la proposition de l'UE de lever l'embargo en 2010 était une erreur dans laquelle le Japon était très préoccupé.

 

Autres commerces

Tant que l'embargo persistela Chine achète une grande partie de ses armes à la Russie. En 2007, la Chine s'était tournée vers Israël pour des avions de surveillance, mais sous la pression des États-Unis, Israël a refusé de conclure l'accord. Malgré l'interdiction, une autre fuite d'un câble américain suggérait qu'en 2003, l'UE avait vendu 400 millions € d'"exportations de défense" à la Chine, puis approuvé d'autres ventes de technologie sous-marine et radar de qualité militaire.

3) Guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine : Quels sont les avantages pour l'Europe ?

 

Lorsque les États-Unis ont commencé l'année 2018 en imposant des droits de douane sur les panneaux solaires et les machines à laver, on ne s'attendait pas à ce que les différends commerciaux dégénèrent en une guerre à part entière. Toutefois, ces sentiments d'optimisme sur le marché se sont dissipés depuis la mi-juin.

L'escalade de la guerre commerciale a provoqué une chute brutale sur plusieurs marchés boursiers, en particulier en Chine. Shanghai Composite a chuté de près de 8 % après les représailles de la Chine contre les droits de douane américains sur des produits chinois d'une valeur de 50 milliards de dollars, que l'administration Trump a ensuite fait passer à 200 milliards de dollars. Les monnaies des marchés émergents subissent également d'énormes pressions à la baisse en raison des sorties de capitaux.

Pour aider à évaluer si la réaction du marché est justifiée ou exagérée, nous avons mesuré l'incidence commerciale des droits de douane supplémentaires à l'importation en nous fondant sur la théorie économique standard, à savoir deux paramètres clés - le taux de répercussion tarifaire et l'élasticité-prix de la demande.

Sur cette base, nous estimons qu'avec les 25 % des droits d'importation, l'augmentation prévue des droits d'importation pourrait se situer autour de 5 %, tandis que la réduction du volume des importations pourrait atteindre 20 %. Cela équivaut à une réduction nette d'environ 15 % de la valeur des importations, soit une perte maximale de 5 milliards de dollars (15 % de 34 milliards de dollars). En outre, l'impact direct pourrait être encore plus faible en raison du réacheminement des échanges et de la substitution par des pays tiers.

 

La nouvelle normalité : Des marchés réactifs

Bien que l'impact direct semble faible, il ne faut pas oublier que les marchés financiers réagissent aux attentes d'une escalade supplémentaire d'une guerre commerciale, sans parler d'une véritable course aux armements technologiques, ce qui créerait encore plus d'incertitudes dans le monde. Il est donc temps d'adopter la "nouvelle normalité", où les marchés réagissent aux attentes négatives des impacts immédiats limités d'une guerre commerciale.

La fin du multilatéralisme semble claire, du moins pour le commerce. Cependant, il faut aussi garder à l'esprit que le monde n'est plus plat. Au-delà du commerce, les États-Unis érigent également des barrières aux flux d'investissements, de connaissances et de talents. Par exemple, les États-Unis ont intensifié leurs efforts pour examiner de près les investissements de la Chine, en particulier ceux dans les entreprises américaines de haute technologie. L'instrument le plus évident a été la commission de l'investissement étranger aux États-Unis, dont une grande partie des actions ont visé la Chine et en particulier les secteurs manufacturier et industriel.

Implications pour l'Europe

Alors que les États-Unis augmentent les enjeux à la table des négociations, il est difficile d'imaginer comment la Chine peut répondre aux demandes des États-Unis. Il semble que la Chine n'ait pas beaucoup de moyens efficaces de riposter sans nuire à son développement à long terme. La meilleure stratégie à adopter est de continuer à s'ouvrir au reste du monde.

Dans ce contexte, l'impact de ce que nous considérons comme un changement de paradigme en termes de relations économiques entre les États-Unis et la Chine pourrait potentiellement profiter à l'Union européenne, qui dépend fortement de plusieurs facteurs généraux et sectoriels. Pour la considération générale, la clé est la réponse de la Commission de l'UE (c.-à-d., si elle s'alignera sur les États-Unis pour protéger son marché des exportations chinoises, ou si elle maintiendra des politiques neutres). Dans ce dernier cas, l'Europe pourrait, dans une certaine mesure, se substituer aux États-Unis et à la Chine sur leurs marchés respectifs. A un niveau plus granulaire, la situation est clairement très différente d'un secteur à l'autre.

À première vue, les exportations des États-Unis et de l'UE vers la Chine sont très similaires. Les cinq principales importations chinoises en provenance des États-Unis sont :

  • Les produits chimiques
  • Le matériel de transport
  • Les véhicules automobiles
  • Les instruments médicaux.

Les cinq principales importations chinoises en provenance d'Europe sont :

  • Les véhicules automobiles
  • Les machines et équipements
  • Les produits chimiques
  • Les instruments médicaux
  • Le matériel de transport.

Si l'UE ne prend pas parti et si les États-Unis ne frappent pas directement l'UE, le marché potentiel des industries européennes est tout à fait pertinent pour les secteurs de l'automobile et de l'aviation, et d'autres éléments proviendront de la liste des tarifs sur les produits d'une valeur de 200 milliards $.

Sur la base des listes publiées par les deux parties en avril, nous constatons que les constructeurs automobiles européens ont le plus à gagner sur les marchés américain et chinois. Les produits chimiques et les machines sont les secteurs qui pourraient potentiellement bénéficier des mesures tarifaires prises par les États-Unis. En ce qui concerne les gains sur le marché chinois, les fabricants européens d'avions sont plus susceptibles de réaliser ces gains car ils ne sont pas confrontés à une concurrence importante de la part des autres pays.

En ce qui concerne les droits de douane américains sur 200 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises publiés le 10 juillet, les fabricants européens de biens de consommationdevraient saisir l'occasion et accroître leur part de marché sur le marché américain. Il est à noter que les exportateurs européens ont la capacité d'accroître leur part de marché puisqu'ils occupent déjà des parts importantes sur le marché mondial pour de nombreux produits.

 

Comment l'Europe pourrait-elle tirer profit de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ?

Sous la pression des Etats-Unis, Pékin devrait être plus ouvert à de nouveaux alliés.

L'Union européenne et Donald Trump ont pris un départ difficile. Au début, le président des États-Unis semblait vouloir s'attaquer au monde, confrontant la Chine et les alliés de longue date de son pays.

Cependant, plus récemment, les tensions entre les États-Unis et l'Europe se sont apaisées, d'autant plus que M. Trump s'est tourné résolument vers la Chine. L'UE dispose ainsi d'une occasion importante qu'elle ne doit pas laisser passer, à savoir utiliser la pression exercée sur la Chine pour qu'elle fixe plus clairement les règles d'engagement avec Pékin.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles Trump a pu déplacer son viseur. Il s'agit notamment des inquiétudes au sujet de la montée de Beijing et de la sensation que la concurrence chinoise a nui aux emplois américains dans des secteurs économiques importants.

Trump semble également avoir réalisé que l'UE reste un allié important - malgré son excédent commercial. Le succès diplomatique du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a également contribué - même si la trêve reste fragile. La question maintenant est : Comment l'Europe peut-elle tirer profit des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ?

À première vue, ça n'a pas l'air génial. Les guerres commerciales ne sont pas seulement faciles à perdre ; elles causent aussi des dommages collatéraux aux entreprises des pays tiers en raison de chaînes d'approvisionnement intégrées à l'échelle mondiale. Le constructeur automobile allemand Daimler, par exemple, a imputé un récent avertissement sur les bénéfices à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, avertissant qu'il allait rendre ses exportations plus chères.

Mais les guerres commerciales créent aussi des opportunités pour les entreprises et les secteurs des pays tiers. On pourrait voir les exportations agricoles européennes vers la Chine augmenter, par exemple, car elles remplacent des produits qui provenaient autrefois des États-Unis.

Mais la guerre commerciale offre aussi à l'Europe une bien plus grande opportunité. Sous la pression des Etats-Unis, Pékin s'apprête à se montrer plus ouvert pour se faire de nouveaux alliés.

Trump a donc annoncé un tarif de 10% sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine, et a menacé d'augmenter ce pourcentage à 25% si Beijing ne mettait pas fin à ses pratiques commerciales "déloyales". La Chine a, à son tour, annoncé des contre-tarifs sur quelque 60 milliards de dollars d'importations.

Il est vrai que la Chine est moins vulnérable à une guerre commerciale qu'elle ne l'aurait été il y a quelques années, après avoir rééquilibré son économie en se détournant des exportations. Mais Pékin ne peut pas se permettre que le Japon, les États-Unis et l'UE forment un front uni comme ils l'ont fait récemment avec une déclaration sur le transfert forcé de technologie qui visait clairement la Chine.

Pékin s'engage donc activement auprès de Bruxelles, en essayant de faire avancer les négociations sur les investissements bilatéraux et en cherchant à entamer des négociations sur un accord commercial. La Chine souhaite également que l'UE devienne un partenaire stratégique au sein de l'Organisation mondiale du commerce.

Les fonctionnaires de l'UE disposent ainsi d'une ouverture importante. Les principaux intérêts du bloc sont clairs : la Chine doit ouvrir ses marchés à davantage de secteurs.

Les investissements européens en Chine sont en baisse depuis des années, l'accès au marché étant devenu plus difficile. L'Europe doit veiller à ce que Pékin traite les entreprises européennes sur un pied d'égalité avec leurs homologues nationales. Elle doit également insister pour qu'elle supprime les subventions injustes accordées par l'intermédiaire des banques publiques et d'autres entreprises publiques.

La Chine, bien sûr, ne modifiera pas fondamentalement son modèle économique. Mais il y a des raisons de croire qu'il est prêt à faire des concessions.

Les dirigeants européens doivent également travailler avec Pékin pour répondre aux préoccupations nationales.

Les entreprises et les hommes politiques européens ont observé cette hausse avec des sentiments mitigés. Bien sûr, les investissements chinois sont les bienvenus et peuvent accroître les bénéfices des entreprises, surtout lorsque l'accès aux marchés chinois est amélioré.

Mais il est clair que l'on craint que la Chine n'ait recours à la manipulation du marché et aux subventionspour acheter des entreprises à des prix injustes. Des préoccupations en matière de sécurité concernant les technologies sensibles ont également été soulevées. L'UE doit définir ses lignes rouges en ce qui concerne l'acquisition de technologies chinoises et les faire appliquer avec plus de vigueur.

Le résultat global est clair. Quelles que soient les retombées économiques de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, il y a un avantage diplomatique à en tirer. C'est aux dirigeants européens de formuler une position stratégique unifiée et d'explorer les possibilités qui s'offrent à eux.

4) Guide d'importation/exportation : Chine

Si vous êtes une personne sociable et que vous aimez interagir avec la culture chinoise, une entreprise d'import/export pourrait vous convenir.

Parlez-vous mandarin ou un autre dialecte chinois ? Avez-vous des relations à Shenzhen ? Avez-vous vécu dans le « Pearl River Delta » ? Dans l'industrie de l'import/export, vous pouvez utiliser vos avantages concurrentiels individuels pour servir d'intermédiaire entre les entreprises chinoises et les fabricants de produits qui veulent et doivent acheter les produits qu'ils produisent.

Si les entreprises chinoises veulent exporter leurs marchandises, vous les aidez à trouver des acheteurs. Et s'ils recherchent des marchandises spécifiques, vous les aidez à trouver des vendeurs.

Grâce à votre dévouement et à ce guide, vous pouvez faire partie des 659,4 milliards de dollars en biens et services échangés entre les États-Unis et la Chine.

 

Types d'entreprises d'import/export

Il existe trois principaux types d'entreprises d'import/export. Pour commencer, c'est une bonne idée de poursuivre celle qui vous intéresse le plus.

 

Société de gestion des exportations

Disons qu'une entreprise chinoise souhaite exporter de l'équipement électronique. C'est là qu'une société de gestion des exportations peut vous aider.

Société commerciale exportatrice

Une société de commerce d'exportation trouve ce que veulent les acheteurs étrangers et localise ensuite les entreprises nationales qui peuvent exporter les marchandises.

 

Négociant import/export (ou agent libre)

Les sociétés d'importation/exportation achètent des marchandises d'un fabricant - étranger ou national - puis les revendent dans le monde entier.

Frais de lancement

Vous pouvez démarrer votre propre entreprise d'import/export avec des coûts initiaux réduits.

Au minimum, vous avez besoin d'un téléphone et d'une connexion Internet fiable. Vous voudrez également investir dans des cartes de visite, un site Web et un télécopieur. Et il n'y a pas de mal à embaucher quelqu'un pour votre image de marque, y compris un logo d'entreprise unique.

 

Cibler votre marché 

Une fois que vous avez décidé du type d'entreprise d'import/export que vous voulez exploiter et calculé vos coûts de lancement, il est temps de cibler davantage votre marché.

En limitant votre marché, vous pouvez concentrer votre attention sur un marché que vous servirez au mieux. Pensez aux :

  • Les clients que vous voulez servir.
  • Les régions du monde que vous allez cibler.
  • Types de produits que vous proposez.

Votre client

Votre client cible sera quelqu’un qui veut négocier à l’échelle mondiale. Ils voudront soit vendre des marchandises à l’étranger, soit acheter des marchandises de fournisseurs internationales.

De plus, vous pouvez choisir le type de client que vous souhaitez. Peut-être que vous vous adresserez à des entreprises qui vendent l’électronique, le premier produit d’exportation de la Chine. Ou de l’équipement médical et technique, ou des produits en plastique.

LES 10 PRINCIPALES EXPORTATIONS DE LA CHINE
  1. Équipement électronique
  2. Huile
  3. Machines, moteurs et pompes
  4. Équipements médicaux et techniques
  5. Minerais, scories et cendres
  6. Véhicules
  7. Plastiques
  8. Produits chimiques organiques
  9. Graines oléagineuses
  10. Cuivre

 

Immatriculation de votre entreprise

Pour enregistrer votre entreprise d'import/export, vous devez remplir le formulaire d'enregistrement SNAP-R du Département d'État américain.

Une fois que vous aurez fourni vos renseignements, le département d'État vous enverra un courriel sur la façon d'obtenir un numéro d'identification d'entreprise (NIC).

Licences d’importation et d’exportation

Généralement, la US Customs and Border Protection (CBP) n’exige pas de licence pour importer des marchandises ou exporter des marchandises des États-Unis. Toutefois, d’autres organismes ou ministères gouvernementaux ou administrations locales peuvent les exiger.

Une note sur l'importation de marchandises en chine

Pendant de nombreuses années, le gouvernement chinois a limité le nombre d'entreprises capables d'importer des marchandises dans le pays. Depuis l'acceptation de la Chine à l'OMC, il vous suffit de vous inscrire auprès du ministère chinois du Commerce.

Constitution en société et constitution d'une SARL

Vous n'avez pas besoin de vous immatriculer aux États-Unis pour démarrer une entreprise d'import/export.

Toutefois, la constitution en société ou la création d'une SARL peut offrir des avantages clés, notamment :

tableau

Facturation de vos services 

Les frais d'importation et d'exportation sont généralement calculés sur la base d'une commission ou d'un acompte.

 

Structure de la Commission

Avec une structure de commission, vous recevez un pourcentage de tout accord commercial que vous concluez, généralement environ 10 %. Par exemple, si vous vendez le smartphone d'un fabricant pour 300 $, vous toucherez une commission de 30 $. En plus de votre commission.

Modèle de retenue

Sur un modèle d’acompte, votre client vous paie des frais mensuels pour être de garde lorsqu’il a besoin de vos services.

Un modèle alternatif

Au-delà d'une structure de commission ou d'honoraires, vous pouvez simplement acheter des biens et les vendre. Dans ce cas, vos revenus proviendront du profit que vous tirez de la vente de marchandises.

 

Quel modèle économique choisir ?

Une règle de base est de choisir un modèle de commission si vous pensez qu'un produit sera facile à vendre. Si vous pensez qu'un produit sera difficile à vendre, établissez le prix de votre activité en fonction d'un acompte.

C'est sur cette base que repose la réflexion : Si vous voulez vendre beaucoup de produits, vous voulez être payé en fonction de la performance.

Enfin, si vous avez confiance en votre capacité de vendre les produits que vous achetez, vous n'avez pas à négocier une structure de paiement avec les fabricants. Tout ce que vous aurez à négocier, c'est combien vous achèterez le produit et ensuite trouverez un moyen de profiter de la marchandise.

 

Facturation et paiements internationaux

Votre nouvelle entreprise vous obligera à effectuer et à recevoir des paiements internationaux, ce qui signifie que vous effectuerez des transactions entre devises et au-delà des frontières.

En comparant les services d'un spécialiste du transfert d'argent, vous pouvez gérer les paiements de votre entreprise de façon sûre et abordable - avec des frais moins élevés et des taux de change plus élevés.

 

Expédition de la marchandise

Vous devez envoyer et recevoir des marchandises en provenance d'autres pays, vous devrez donc organiser les détails d'expédition.

Tout d'abord, communiquez avec un transitaire - une entreprise qui vous aide à transporter des marchandises de façon sécuritaire et efficace. Ils vous aideront à gérer la logistique pour remplir les documents d'expédition, trouver de l'espace de chargement et souscrire une assurance de fret.

Trouvez un transitaire en consultant les répertoires d'entreprises propres à chaque État.

Après avoir embauché un transitaire, il vous suffit d’expédier la marchandise.

 

Les risques et comment les éviter

Une logistique d'expédition imprévisible 

Il va sans dire que votre succès dépend de votre capacité à expédier vos marchandises de manière sûre et efficace. Si vous exportez des marchandises, par exemple, vous devez vous assurer qu'elles quittent votre port local et arrivent à la bonne destination à temps.

Vous devrez également tenir compte de tout autre problème qui pourrait survenir, comme des dommages à la cargaison. Rester organisé et travailler en partenariat avec un transitaire de bonne réputation vous aidera à expédier vos marchandises sans accroc.

 

Ne pas en savoir assez sur les marchés

C'est une bonne idée de faire des recherches approfondies sur un marché avant de se lancer dans cette activité, même si ce n'est peut-être pas suffisant.

Problèmes à la frontière

Les règles douanières ne sont pas uniformes dans le monde entier. Au lieu de cela, vous rencontrerez une masse de réglementations différentes lors du transport de marchandises.

 

En résumé

Le commerce d'import/export s'adresse aux personnes qui aiment établir des relations dans d'autres pays. Mais il faut aussi un esprit organisé et capable de gérer la logistique.

*Si vous possédez ces qualités, plongez dans la création d'une entreprise d'import/export florissante.

5) Ce que vous devez savoir - Nos 6 meilleurs conseils

La Chine regorge d'opportunités pour les PME.  Avant d'aller plus loin, lisez nos 6 conseils pour exporter en Chine.  Ce n'est pas seulement pour les débutants !

 

La RECHERCHE est essentielle avant d'entrer sur un nouveau marché, mais la distance entre la Chine et l’Europe, sa complexité et sa taille en font un défi unique.  Imaginez un pays aussi vaste et diversifié que l'Europe, et vous commencerez à comprendre la situation. Les opportunités sont trop grandes pour être ignorées, mais le risque et le prix d'une entrée ratée sur le marché peuvent être particulièrement élevés.   En même temps, une étude de marché de qualité pour la Chine n'est pas quelque chose que peut faire une PME moyenne (ou même une société d'étude de marché moyenne) - une aide spécialisée est nécessaire.

Prenons l'exemple des magasins de bricolage.  Des entreprises comme B&Q et Wickes ont à la fois encouragé et exploité la "DIY culture" qui est maintenant tellement établie au Royaume-Uni qu'on peut facilement oublier qu'il s'agit d'un phénomène relativement récent.  Alors pourquoi ne pas développer ce marché en Chine ?  Eh bien, voici comment le Wall Street Journal a décrit une telle expérience : "Home Depot Inc. se joint à une liste croissante de détaillants qui ont trébuché en Chine en ne saisissant pas la culture locale et en important des modèles d'affaires étrangers mieux adaptés aux États-Unis ou à d'autres pays.  Ce que Home Depot n'avait pas compris, c'est que la Chine n'a vraiment aucun appétit pour le bricolage et qu'elle préfère fortement le "DIFM" (payer les autres à Do-It-For-Me).

Bien sûr, il y a différentes personnes qui offrent de bons services de recherche pour la Chine, mais elles varient considérablement dans ce qu'elles offrent.  Certains sont des spécialistes sectoriels ou régionaux, d'autres sont des généralistes.  Certains se concentrent sur des études de marché de première main (enquêtes, questionnaires), d'autres donneront un rapport plus standardisé et plus " global ".

Prenons l'exemple des magasins de bricolage.  Des entreprises comme B&Q et Wickes ont à la fois encouragé et exploité la "DIY culture" qui est maintenant tellement établie au Royaume-Uni qu'on peut facilement oublier qu'il s'agit d'un phénomène relativement récent.  Alors pourquoi ne pas développer ce marché en Chine ?  Eh bien, voici comment le Wall Street Journal a décrit une telle expérience : "Home Depot Inc. se joint à une liste croissante de détaillants qui ont trébuché en Chine en ne saisissant pas la culture locale et en important des modèles d'affaires étrangers mieux adaptés aux États-Unis ou à d'autres pays.  Ce que Home Depot n'avait pas compris, c'est que la Chine n'a vraiment aucun appétit pour le bricolage et qu'elle préfère fortement le "DIFM" (payer les autres à Do-It-For-Me).

Bien sûr, il y a différentes personnes qui offrent de bons services de recherche pour la Chine, mais elles varient considérablement dans ce qu'elles offrent.  Certains sont des spécialistes sectoriels ou régionaux, d'autres sont des généralistes.  Certains se concentrent sur des études de marché de première main (enquêtes, questionnaires), d'autres donneront un rapport plus standardisé et plus " global ".

Prenons l'exemple des magasins de bricolage.  Des entreprises comme B&Q et Wickes ont à la fois encouragé et exploité la "DIY culture" qui est maintenant tellement établie au Royaume-Uni qu'on peut facilement oublier qu'il s'agit d'un phénomène relativement récent.  Alors pourquoi ne pas développer ce marché en Chine ?  Eh bien, voici comment le Wall Street Journal a décrit une telle expérience : "Home Depot Inc. se joint à une liste croissante de détaillants qui ont trébuché en Chine en ne saisissant pas la culture locale et en important des modèles d'affaires étrangers mieux adaptés aux États-Unis ou à d'autres pays.  Ce que Home Depot n'avait pas compris, c'est que la Chine n'a vraiment aucun appétit pour le bricolage et qu'elle préfère fortement le "DIFM" (payer les autres à Do-It-For-Me).

Bien sûr, il y a différentes personnes qui offrent de bons services de recherche pour la Chine, mais elles varient considérablement dans ce qu'elles offrent.  Certains sont des spécialistes sectoriels ou régionaux, d'autres sont des généralistes.  Certains se concentrent sur des études de marché de première main (enquêtes, questionnaires), d'autres donneront un rapport plus standardisé et plus " global ".

Quelques exemples illustreront cette situation.  Des études de marché récentes dans le secteur de la décoration d'intérieur ont montré que des marques comme Conran et Laura Ashley n'ont pratiquement aucune notoriété à Pékin.  Cependant, le fabricant de produits d'entretien Astonish, basé à Bradford, est considéré comme une marque haut de gamme en Asie de l'Est, bien qu'il soit considéré par beaucoup comme une marque de valeur au Royaume-Uni.  Astonish a également appris la valeur de la "Brand Britain" pour son secteur ; dans une interview au Telegraph & Argus, le fondateur Alan Moss a commenté "Nous avons fait mettre l'Union Jack [notre emballage] il y a 30 ans. C'est un outil de marketing clé que nous avons utilisé pour notre marché d'exportation.

 

La RESISTANCE sera nécessaire si vous voulez bien vous attaquer à la Chine.  Il faut du temps pour y bâtir des entreprises, et il faut s'attendre à des reculs.  Bien que la Chine dispose d'une infrastructure solide et d'un système politique stablel'Economist Intelligent Unit a attribué à la Chine une note "élevée" pour le risque juridique et réglementaire et "élevée" pour le risque sur le marché du travail en 2015.

Quelques exemples illustreront cette situation.  Des études de marché récentes dans le secteur de la décoration d'intérieur ont montré que des marques comme Conran et Laura Ashley n'ont pratiquement aucune notoriété à Pékin.  Cependant, le fabricant de produits d'entretien Astonish, basé à Bradford, est considéré comme une marque haut de gamme en Asie de l'Est, bien qu'il soit considéré par beaucoup comme une marque de valeur au Royaume-Uni.  Astonish a également appris la valeur de la "Brand Britain" pour son secteur ; dans une interview au Telegraph & Argus, le fondateur Alan Moss a commenté "Nous avons fait mettre l'Union Jack [notre emballage] il y a 30 ans. C'est un outil de marketing clé que nous avons utilisé pour notre marché d'exportation.

 

La RESISTANCE sera nécessaire si vous voulez bien vous attaquer à la Chine.  Il faut du temps pour y bâtir des entreprises, et il faut s'attendre à des reculs.  Bien que la Chine dispose d'une infrastructure solide et d'un système politique stablel'Economist Intelligent Unit a attribué à la Chine une note "élevée" pour le risque juridique et réglementaire et "élevée" pour le risque sur le marché du travail en 2015.

Vous voudrez peut-être trouver un agent ou un distributeur - obtenir le(s) bon(s) agent(s) ou distributeur(s) pour votre produit particulier et votre marché cible pourrait faire la différence entre la génération de ventes et la frustration des ventes.  Encore une fois, de nombreuses options s'offrent à vous.

 

Enfin, soyez PRÊTS - il se peut fort bien que la Chine vienne vous chercher avant que vous ne soyez prêts.  Base Formula Ltd, une entreprise d'aromathérapie et d'huiles essentielles de Melton Mowbray, Leicestershire, a connu une augmentation significative des commandes en ligne de clients chinois et a dû répondre à un tout nouveau marché.  Comment est-ce arrivé ?  Des étudiants chinois ont trouvé leurs produits pendant leurs études au Royaume-Uni.  La culture chinoise est fortement axée sur les recommandations du bouche-à-oreille et ces jeunes étudiants ont utilisé des plateformes de médias sociaux telles que Weibo et WeChat pour parler de la marque à leurs amis et à leur famille en Chine.

Base Formula Ltd a relevé ce défi et vend maintenant ses produits en Chine par l'intermédiaire de Jumei.com, un détaillant en ligne qui détient 13 % du marché chinois des cosmétiques en ligne, ainsi que par l'intermédiaire de TMall Global (TMall détient 34 % du marché).

Pour plus d’informations, sur notre site vous pouvez retrouver un ebook gratuit à propos de l’exportation en Chine.

 

L'essentiel

D'après certaines mesures, la Chine est la plus grande économie du monde. Cela en fait une force indéniable dans le commerce international.

Pour de nombreux petits et moyens exportateurs américains, cependant, le formidable géant peut sembler trop gros pour être conquis avec un budget relativement restreint. Mais ce n'est pas forcément le cas.

Dans cet dernière partie, j'examinerai l'histoire du commerce entre les États-Unis et la Chine, le processus d'exportation vers la Chine, y compris les exigences en matière de documentation et de conformité, ainsi que les avantages et les considérations pour les entreprises américaines qui cherchent à pénétrer sur le marché chinois.

6) Commerce et exportation vers la Chine : Un bref résumé

 

En 2016, la Chine était la plus grande économie du monde en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA), qui tient compte des différences de prix. Le pays est devenu le premier exportateur mondial en 2010 et le premier pays commerçant en 2013. (CIA World Factbook).

À quoi ressemblent donc les relations commerciales de la Chine avec les États-Unis aujourd'hui ?

Depuis 2017, les données sont tirées du China City & Industry Report du U.S. Commercial Service  : Le Guide à l'intention des exportateurs américains indique que les exportations américaines vers la Chine se sont élevées à 116,2 milliards de dollars en 2015, soit 6,1 % de moins que l'année précédente. Les exportations américaines de services vers la Chine étaient estimées à 42,5 milliards de dollars en 2014. L'investissement étranger direct des États-Unis en Chine s'est élevé à 65,8 milliards de dollars en 2014, soit une hausse de 9,8 % par rapport à 2013, malgré les obstacles importants à l'accès au marché qui existent pour ces entreprises.

Principales exportations américaines vers la Chine

Selon le Bureau du représentant américain au commerce extérieur, les principales catégories d'exportations américaines vers la Chine en 2016 étaient :

  • Céréales, semences et fruits divers (graines de soja) : 15 milliards de dollars
  • Aéronautique: 15 milliards de dollars
  • Machines électriques : 12 milliards de dollars
  • Machinerie : 11 milliards de dollars
  • Véhicules : 11 milliards

Exporter en Chine : Les défis

Il est difficile d'exporter vers la Chine pour de nombreuses raisons, dont les suivantes :

  • La lenteur de la croissance économique de la Chine : En 2015, le taux de croissance économique de la Chine était à son plus bas niveau en plus d'un quart de siècle ; la croissance du PIB réel a ralenti à 6,9 %.
  • Les efforts du gouvernement chinois pour faire passer l'économie d'une économie basée sur la fabrication à une économie basée sur les services.
  • Un calendrier peu clair pour ces réformes annoncées.
  • De nouvelles lois, règlements et autres mesures qui remettent en question l'ouverture du régime d'investissement de la Chine.

Les exportateurs américains citent " l'interprétation incohérente de la réglementation et le manque de clarté des lois " comme étant le plus grand défi pour faire des affaires en Chine. Ils citent également les coûts de main-d'œuvre, l'obtention des licences requises, l'embauche et le maintien en poste d'employés qualifiés, la surcapacité industrielle, le protectionnisme croissant, la corruption, les taxes et le laxisme dans l'application et la protection des droits de propriété intellectuelle.

 

Questions de propriété intellectuelle

Malgré les progrès réalisés dans l'amélioration de son régime juridique et réglementaire en matière de propriété intellectuelle, la Chine demeure un environnement difficile pour la protection et l'application des droits de propriété intellectuelle ; les questions de propriété intellectuelle (PI) de la Chine sont endémiques et bien documentées.

Les titulaires de droits de propriété intellectuelle qui exportent vers la Chine doivent savoir comment protéger leur propriété intellectuelle  en vertu de la législation chinoise avant d'entrer sur le marché, et ils doivent faire preuve d'une diligence raisonnable à l'égard des partenaires ou acheteurs potentiels avant de conclure toute transaction.

Vous pouvez également consulter le résumé des programmes offerts par le département du Commerce des États-Unis pour aider les entreprises américaines à élaborer un plan stratégique de propriété intellectuelle.

 

Règles et réglementations en Chine

Comme nous l'avons déjà mentionné, déchiffrer les nombreuses règles et réglementations chinoises (souvent contradictoires) peut être frustrant pour le moins et, au pire, causer des problèmes qui obligent un exportateur à cesser complètement ses échanges commerciaux avec le pays.

Il existe des moyens de lutter contre ces problèmes :

Travaillez en étroite collaboration avec votre bureau local du service commercial américain. Ils vous mettront en relation avec des bureaux en Chine qui vous aideront à établir votre présence en Chine et vous aideront à surmonter les difficultés auxquelles vous pourriez être confronté.

De plus, le Advocacy Center du département du Commerce des États-Unis peut vous aider dans les premières étapes de votre projet.

Trouvez des partenaires qui ont de l'expérience de travail avec la Chine. Votre transitaire et votre banquier devraient avoir une expérience documentée de travail avec le pays.

 

Exporter en Chine : Les opportunités

Bien que les risques soient grands, les avantages potentiels de l'exportation vers la Chine le sont aussi. Les exportateurs devraient identifier et cultiver les possibilités tout en élaborant une stratégie visant à minimiser les risques.

Selon le China Country Commercial Guide, en 2016, les dirigeants chinois se sont engagés à améliorer progressivement le climat d'investissement à travers :

L’intensification des négociations du Traité bilatéral d'investissement (TBI) entre les États-Unis et la Chine portant sur l'accès au marché "préétabli" et utilisant l'approche de la "liste négative", dans le but de parvenir à un accord de haut niveau reflétant la non-discrimination, la transparence et des régimes d'investissement ouverts et libéralisés des deux côtés.

La mise en œuvre de " listes négatives " échelonnées pour régir l'investissement dans l'ensemble du pays, y compris : une liste négative pilote d'accès au marché applicable aux investisseurs nationaux et étrangers ; un projet de catalogue actualisé pour l'orientation des investissements étrangers dans les industries, qui propose une nouvelle libéralisation dans 20 secteurs d'investissement ; et l'élargissement annoncé de la liste négative pilote des investissements étrangers des zones franches à sept nouvelles ZFI (soit un total de 11) qui prendra effet en 2017.

Les responsables chinois continuent de promettre des réformes économiques afin d'améliorer l'accès aux marchés et la protection des investisseurs étrangers, mais ces annonces sont accueillies avec scepticisme en raison du manque de détails et de délais.

Domaines de croissance en Chine

Selon export.gov, le commerce électronique est le secteur du commerce de détail qui connaît la croissance la plus rapide en Chine. Le nombre de personnes qui font leurs achats en ligne et qui utilisent un téléphone mobile en Chine dépasse celui de tous les autres pays du monde. La valeur totale des ventes de commerce électronique en Chine a augmenté de 25 % d'une année sur l'autre en termes de valeur marchande totale, atteignant 2,1 billions de dollars US en 2014, selon le ministère chinois du Commerce.

Selon le China Country Commercial Guide, les domaines prometteurs pour la croissance future sont les suivants :

 

Aide à l'exportation

La meilleure chose à propos de l'exploration des possibilités d'exportation vers la Chine, c'est de savoir que vous n'avez pas besoin de faire cavalier seul. Vous pouvez compter sur l'aide de vos alliés dans le pays, y compris le bureau du Service commercial des États-Unis, les missions commerciales et les chambres de commerce.

Bureaux des services commerciaux aux États-Unis 

L'un des premiers endroits à considérer sont vos bureaux locaux et nationaux de service commercial.

Conseils d'exportation de district (CED

Partout au pays, les CED peuvent aider les exportateurs en appuyant le commerce et les services qui renforcent les entreprises individuelles, stimulent la croissance économique des États-Unis et créent des emplois.

Missions commerciales

Parrainées par les bureaux commerciaux d'État et locaux ainsi que par les bureaux de services commerciaux, les missions commerciales sont un excellent moyen de se faire connaître et d'établir des contacts.

 

Administration du commerce international (ACI)

Si vous faites face à des problèmes de barrières commerciales en Chine, l'ACI est une excellente ressource pour vous aider à combattre les problèmes. Le personnel de l'ACI est composé d'experts résidents qui défendent les intérêts des entreprises américaines de toutes tailles et personnalisent leurs services pour vous aider à résoudre vos dilemmes commerciaux aussi efficacement que possible.

Chambres de commerce États-Unis-Chine

Les chambres de commerce peuvent être un moyen de vous aider à exporter vers la Chine.

 

Exigences relatives aux documents d'exportation pour la Chine

Selon export.gov, les documents dont vous avez besoin pour exporter en Chine varient en fonction de vos produits, mais ils comprennent :

  • Lettre de transport
  • Facture commerciale
  • Liste d'emballage
  • Contrat de vente
  • Facture proforma
  • Certificat d'origine signé par une chambre de commerce locale
  • Dépôt AES
  • Déclaration en douane
  • Police d'assurance

De plus, certains documents plus spécialisés peuvent être exigés :

  • Certificat de contingent d'importation pour les marchandises générales (le cas échéant).
  • Licence d'importation (le cas échéant).
  • Certificat d'inspection délivré par l'Administration générale de la supervision de la qualité, de l'inspection et de la quarantaine (AQSIQ) ou son bureau local (le cas échéant).
  • Autres licences de sécurité ou de qualité.

Questions de conformité des exportations pour la Chine

Il est important de comprendre la réglementation régissant les exportations vers la Chine. Vous devez vous préoccuper de vous conformer aux règlements d'exportation peu importe où vous expédiez, mais il est plus probable que vous ayez besoin d'un permis d'exportation pour expédier en Chine qu'au Canada. C'est une partie du monde où un plus grand nombre d'articles sont contrôlés, vous devez donc comprendre ce que l'on attend de vous et ce que vous risquez si vous ne faites pas votre travail en vous conformant à ces règlements.

 

Classification des produits pour les contrôles à l'exportation

La première étape pour assurer la conformité à l'exportation consiste à déterminer qui a compétence sur vos marchandises : le département du Commerce des États-Unis en vertu de l'Export Administration Regulations (EAR) ou la Direction des contrôles commerciaux de la défense (DDTC) du département d'État.

S'ils relèvent de la compétence du ministère du Commerce, ce qui est le cas de la plupart des produits, vous devez déterminer si votre exportation nécessite une autorisation du Bureau de l'industrie et de la sécurité (BIS), qui fait partie du ministère du Commerce, vous devez répondre aux questions suivantes :

  • Qu'est-ce que l'ECCN de l'article ?
  • Où est-ce qu'il va ?
  • Qui est l'utilisateur final ?
  • Quelle est l'utilisation finale ?

Pour ce faire, vous devez savoir comment déterminer la classification correcte de votre article, également connue sous le nom de « Export Control Cassification Number » (ECCN).

En vous assurant que votre produit est classé correctement, vous protégerez les États-Unis contre les menaces à l'étranger et vous vous protégerez contre les amendes sévères, les pénalités et même les peines de prison.

 

Détermination de la licence d'exportation

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le gouvernement américain empêche certaines exportations vers la Chine sans licence d'exportation. Les entreprises doivent utiliser les codes ECCN et les motifs de contrôle décrits ci-dessus pour déterminer s'il existe ou non des restrictions à l'exportation de leurs produits vers certains pays. Une fois qu'ils savent pourquoi leurs produits sont contrôlés, les exportateurs devront consulter le tableau des pays du commerce dans le RAE pour déterminer si une licence est nécessaire.

Bien qu'un pourcentage relativement faible de toutes les exportations et réexportations des États-Unis nécessite une licence BIS, la quasi-totalité des exportations et de nombreuses réexportations vers des destinations sous embargo et des pays désignés comme soutenant des activités terroristes nécessitent une licence. Ces pays sont Cuba, l'Iran, la Corée du Nord, le Soudan et la Syrie. La partie 746 de l'AER décrit les destinations sous embargo et fait référence à certains contrôles supplémentaires imposés par l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor.

Le logiciel de documentation et de conformité à l'exportation Shipping Solutions Professional comprend un module de conformité à l'exportation qui utilise le code ECCN pour vos produits et le pays de destination et vous indique si une licence d'exportation est requise.

Il existe des exceptions aux permis d'exportation, comme les exportations temporaires ou de faible valeur, qui vous permettent d'exporter ou de réexporter, sous certaines conditions, des articles assujettis au Règlement sur l'administration des exportations (REA) qui, autrement, exigeraient un permis. Ces exceptions de licence couvrent les articles qui relèvent de la compétence du ministère du Commerce et non ceux qui sont contrôlés par le département d'État ou par un autre organisme.

 

Exportations réputées

Surprise ! Vous pourriez être un exportateur sans même le savoir ! C'est exact - une importante question de conformité pour l'exportation vers la Chine est l'exportation présumée, ou l'exportation sans expédition de produit. Il y a présomption d'exportation lorsque la technologie ou le code source (à l'exception du chiffrement et du code source de l'objet, qui sont traités séparément dans le RAE en vertu du paragraphe 734.2(b)(9)), est remis à un ressortissant étranger aux États-Unis.

Il existe des exceptions aux permis d'exportation, comme les exportations temporaires ou de faible valeur, qui vous permettent d'exporter ou de réexporter, sous certaines conditions, des articles assujettis au Règlement sur l'administration des exportations (REA) qui, autrement, exigeraient un permis. Ces exceptions de licence couvrent les articles qui relèvent de la compétence du ministère du Commerce et non ceux qui sont contrôlés par le département d'État ou par un autre organisme.

 

Exportations réputées

Surprise ! Vous pourriez être un exportateur sans même le savoir ! C'est exact - une importante question de conformité pour l'exportation vers la Chine est l'exportation présumée, ou l'exportation sans expédition de produit. Il y a présomption d'exportation lorsque la technologie ou le code source (à l'exception du chiffrement et du code source de l'objet, qui sont traités séparément dans le RAE en vertu du paragraphe 734.2(b)(9)), est remis à un ressortissant étranger aux États-Unis.

Les principales listes de partis restreints aux États-Unis sont publiées par le Département du commerce, le Département d'État  et le Département du Trésor.

Toutefois, plusieurs autres organismes produisent également des listes. Ces organismes recommandent que les entreprises procèdent périodiquement et de façon répétée à un contrôle des parties restreintes tout au long du mouvement des marchandises dans la chaîne d'approvisionnement.

Les amendes pour les infractions à l'exportation peuvent atteindre jusqu'à un million de dollars par infraction dans les affaires criminelles. (Bureau de l'industrie et de la sécurité).

Les cas administratifs peuvent donner lieu à une pénalité équivalant au plus élevé des montants suivants : 250 000 $ ou le double de la valeur de l'opération.

Les contrevenants peuvent être condamnés à des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 20 ans, et les sanctions administratives peuvent comprendre le refus de privilèges d'exportation.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

exporter du vin en Chine

Comment exporter du vin en Chine : le guide complet

Quelles sont les transitaires avec qui travailler en Chine ?

Le marché du vin s’est beaucoup développé ces dernières années, et c’est une tendance qui devrait durer.

La classe moyenne et beaucoup de jeunes ont commencé à apprécier les produits étrangers et notamment le vin, ce qui vous l’imaginez, crée de véritables opportunités pour les exportateurs de vins.

Mais le vin est considéré comme un produit alimentaire et il fait donc l’objet d’une certaine régulation.

Ainsi, il est important que vous connaissiez les normes locales qui s’appliquent au vin et que vous compreniez tout le processus d’exportation du vin en Chine avant de vous lancer vous-même dans ce type d’exportation.

Dans cet article, SINO Shipping vous transmet toutes les informations que vous devez savoir si vous souhaitez vous lancer dans ce business.

Le marché du vin en Chine

L’économie chinoise a beaucoup grossi ces dernières années, et malgré son ralentissement, le marché du vin continue quant à lui à se développer.

Actuellement, le vin n’est plus simplement acheté en guide de cadeaux onéreux ni même consommé par les chinois très riches qui voyagent beaucoup ou qui ont vécu à l’étranger. Les jeunes commencent notamment à apprécier le vin et ne se limitent plus aux liqueurs locales tels que le vin jaune ou le baiju.

Dès lors, ce sont les bouteilles de vin moins chères et plus « simples » avec des étiquettes modernes qui sont devenues véritablement populaires.

Cela étant dit, il y aura une forte demande de vins onéreux étant donné que de plus en plus personnes utilisent le vin pour sociabiliser lors de cocktails et networker.

L’augmentation des ventes de vin en ligne

Les chinois raffolent des achats en ligne, et le vin n’échappe pas à cela. 

Même si certains préfèrent goûter le vin avant de l’acheter, il suffit à d’autres de savoir s’il est doux ou sec, s’il s’agit d’un Riesling ou d’un chardonnay pour l’acheter.

Le design et l’étiquette de la bouteille jouent également un rôle majeur, selon les clients visés. Le pays d’origine du vin peut également beaucoup importer, mais le goût et le prix sont généralement des atouts plus importants. Selon les préférences, acheter du vin en ligne peut donc être un moyen d’économise du temps et de l’argent.

Vers quelles régions chinoises devrai-je orienter mes exportations de vin ?

La Chine est un pays presque aussi grand que l’Europe, donc les goûts varient beaucoup d’une région à l’autre.

Vendre du vin dans des villes de taille moyenne

Il existe en Chine plus de 170 villes qui comptent plus d’un million d’habitants, la plupart d’entre eux concentrés au centre de la Chine (dont Chongqing et Wuhan).

La concurrence dans ces villes est généralement plus faible, ce qui peut représenter pour vous de véritables opportunités de business relatif à la vente de vin.

Quels types de vin sont en forte demande en Chine ?

Voici les tendances que vous devriez prendre en compte si vous souhaitez commencer à exporter du vin en Chine :

  • Les vins plus fruités à la teneur en tannin faible sont très appréciés
  • Les vins blancs aromatiques ont un potentiel important
  • Les vins pétillants (notamment les plus légers) sont de plus en plus demandés

Les régulations concernant les importations de vin en Chine

Il est important que vous étudiiez les régulations et les normes locales afin de vous lancer dans l’exportation de vin en Chine car celles-ci sont assez strictes, étant donné qu’il s’agit d’un produit directement consommé par l’homme.

Tout d’abord, vos produits doivent être en conformité parfaite avec les régulations nationales ainsi qu’avec les normes GB.

Les régulations délivrées par l’AQSIQ

AQSIQ Order 27 (2012)

Concerne l’étiquetage des produits alimentaires (nourriture et vin) préemballés.

AQSIQ Announcement 55 (2012)

Délivré pour administrer l’enregistrement des exportateurs, agents ou importateurs étrangers.

AQSIQ Announcement 59 (2011)

Utilisé pour l’enregistrement de l’étiquette de produits qui sont importés pour la première fois.

AQSIQ Decree 144 of the Administrative Measures on Import and Export Food Safety (2011)

Utilisé pour la gestion des importations/ exportations, des inspections, des mises en quarantaine et de la supervision sanitaire.

AQSIQ Announcement No. 44 (2006) – Adjustment of Import / Export Food and Cosmetic Label Examination System

Arrêt des examens séparés et préliminaires pour les étiquettes des produits alimentaires importés ou exportés. À la place de ceux-ci, l’approbation d’entrée ou de sortie du territoire se fera lors de l’inspection du CIQ lorsque les biens arrivent au port.

AQSIQ Decree 78 (2005) “Rules of Protection of Products of Geographical Indication”

Utilisé pour protéger les produits qui ont une Indication Géographique Protégée. Par exemple, les vins pétillants qui ne proviennent pas de Champagne en France, ne peuvent être nommé ainsi.

AQSIQ Announcement No. 105 (2006)

Autorise un temps plus long pour la fumigation de bromure de méthyle et des niveaux plus hauts pour le bois qui permet d’emballer des produits qui entrent et qui sortent de Chine.

AQSIQ Decree 84 Quarantine and Supervision Administrative Measures for the Importation of Wood Packing Materials (2005)

Ce décret dérive des lignes directrices IPPC et définit les régulations qui s’appliquent à l’emballage en bois.

 

D’autres régulations relatives à la nourriture et au vin

  1. Food Safety Law of the People’s Republic of China (2015)
  2. National People’s Congress (2015)
  3. President Order 22 (2015) for advertisement
  4. SAIC : Measure for Administration of Special Signs of Geographical indication products
  5. Trademark Law of China

Les normes GB pour l’exportation de vin en Chine

Les régulations évoluent rapidement, et notamment sur les marchés émergents tel que la Chine.

Voici les normes GB principales qui s’appliquent au vin qui est importé en Chine :

  1. GB 10344-2005 Norme générale pour l’étiquetage des boissons alcoolisées préemballées
  2. GB 7718-2011 Norme générale pour l’étiquetage des produits alimentaires préemballés.
  3. GB 15037-2006 Vins.
  4. GB 2758-2012 Les boissons alcooliques fermentées et leurs boissons alcooliques intégrées.
  5. GB 2760-2014 Norme pour l’usage d’additifs alimentaires.
  6. GB 2763-2014 Les niveaux maximaux de pesticides dans les produits alimentaires.
  7. GB 2761-2011 Les niveaux maximaux de Mycotoxines dans les produits alimentaires.
  8. GB 2762-2012 Les niveaux maximaux de polluants dans les produits alimentaires.
  9. GB 12696-1990 Les spécifications hygiéniques pour les usines de vin.
  10. GB/T 15038-2006 Les méthodes analytiques de vins et de vin fruité.
  11. GB/T 23543-2009 Les bonnes pratiques de production pour les entreprises de vin.

 

Le processus à suivre pour exporter du vin en Chine

Il s’agit de la même procédure d’exportation que pour l’exportation de viande. Nous vous conseillons donc de lire l’article qui y est dédié si vous souhaitez avoir de plus amples détails.

Voici ci-dessous un résumé des différentes étapes par lesquelles vous allez devoir passer avant de commencer à exporter votre vin en Chine.

1. Signer l’accord avec l’importateur chinois

Tout d’abord, vous devrez trouver un importateur chinois qui souhaite effectivement importer vos produits.

2. Enregistrer votre entreprise auprès de l’AQSIQ

Pour avoir le droit d’exporter du vin, vous devez vous enregistrer en tant qu’entreprise auprès de l’AQSIQ. Ensuite, vous recevrez un numéro d’enregistrement et votre entreprise fera partie de la base de donnée de l’AQSIQ.

 

3. Enregistrer votre étiquette

Avant d’expédier vos produits, vous devez enregistrer votre étiquette et envoyer un certains nombre de documents au CIQ. Ensuite, vous recevrez un numéro de classement des produits qui peuvent effectivement être importés en Chine.

Les documents à fournir sont généralement les suivants :

  1. Une copie de l’étiquette en chinois (version papier)
  2. Une version digitale de l’étiquette en chinois (vous pouvez l’obtenir après votre enregistrement sur le site de l’AQSIQ
  3. Une copie de l’étiquette originale
  4. La liste des ingrédients (dans le cas où elle ne figure pas clairement sur l’étiquette)
  5. Les certificats qui prouvent les récompenses que vous mettez en avant sur votre étiquette

Quelles informations dois-je inclure sur l’étiquette ?

Lorsque vous êtes prêts à exporter vos biens, il est préférable que vous ajoutiez vous-mêmes les étiquettes en chinois sur vos produits. Cela peut être fait avant que vos produits ne soient expédiés ou bien après. Vous pouvez également demander à votre importateur local de s’en charger.

Les informations suivantes doivent figurer sur l’étiquette :

  • Les ingrédients
  • Le nom de votre produit
  • Le type et le cru du vin
  • Le degré d’alcool
  • Le pays d’origine
  • Le contenu net
  • La date de fabrication
  • Le nom
  • L’adresse et le contact du distributeur chinois
  • Les instructions de conservation
  • La date de dépôt
  • La durée de conservation
  • Les additifs alimentaires ajoutés
  • Le code-barres

Quels documents ai-je besoin de fournir lorsque j’exporte du vin en Chine ?

Vous devez préparer les documents suivants avant d’expédier vos produits :

  1. Facture commerciale
  2. Déclaration de valeur en douane
  3. Documents d’assurance du fret
  4. Packing List
  5. Certificat d’assurance
  6. Certificat d’origine
  7. Certificat sanitaire
  8. Certificat d’authenticité
  9. Certificat d’exportation de vin consolidée

Il est important que vous receviez un certificat sanitaire tamponné et signé par l’autorité du pays de production.

 

4. Expédier vos biens

Une fois que vos biens sont marqués, vous pouvez préparer l’expédition. À moins que vous ayez besoin d’expédier vos marchandises extrêmement rapidement, l’option la plus adéquate est le fret maritime dont le temps de transit est de 6-8 semaines.

 

5. Inspection du CIQ et étiquetage

Lorsque vos biens arrivent en Chine, votre importateur ou votre agent doit normalement déclarer vos biens au bureau du CIQ le plus proche.

Les agents du CIQ ont pour responsabilité de vérifier et de contrôler ce qui entre et ce qui sort du territoire chinois, de faire des inspections mais également de s’assurer que tous les produits qui entrent en Chine sont en conformité aux normes nationales.

Une fois l’entrée de vos biens approuvée, vous recevrez un certificat d’approbation du CIQ et vos biens pourront continuer le processus de dédouanement.

 

Dois-je faire tester mes produits avant de les exporter en Chine ?

Oui, tous les produits alimentaires doivent être testés avant d’être vendus sur le marché chinois. En fait, les autorités nationales requièrent généralement que vos produits soient testés, avant leur expédition. Pendant les tests en laboratoire, différents éléments sont analysés tels que les niveaux de métaux et de minéraux, les vitamines etc.

Vendre du vin en ligne en Chine

Comme nous l’avons mentionné au début de l’article, le marché de l’e-commerce du vin se développe rapidement en Chine.

Les consommateurs chinois n’ont pas peur d’acheter des bouteilles de vin sur es plateformes telles que ele.me place ou Tmall  par exemple.

Quelles sont les taxes d’importation qui s’appliquent au vin ?

Vous devrez payer ces trois taxes :

  • TVA : 17%
  • Droits de douane: 14%
  • Taxe d’accise : 10%

Conclusion

La demande de vin est en pleine croissance en Chine, comparativement à celle des liqueurs locales.

Etant donné que le vin fait partie des produits consommés directement par les hommes, il fait l’objet de régulations très strictes et votre vin devra entrer en conformité avec de nombreuses normes GB et règles nationales.

L’étiquetage des produits est important et doit être vérifié par des autorités locales. S’il n’est pas conforme aux normes GB, vous ne pouvez pas vendre votre produit.

Avant, le moyen le plus commun de vendre du vin c’était via des importateurs locaux qui vendaient simplement des bouteilles dans des boutiques locales ou des supermarchés. Actuellement, vous avez l’opportunité de vendre en ligne également, et donc d’augmenter vos ventes.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

reduction droits import chine

Produits concernés par la réduction des droits d’importation de la Chine en 2017

La Chine a réduit les droits d’importation pour près de 200 produits en 2017.

Heureusement, les nouvelles réglementations s’appliquent à de nombreux produits exportés par des PME aux États-Unis et en Europe, mais également dans d’autres pays.

Les tarifs d’importation ont été considérablement réduits, ce qui prouve que le gouvernement chinois fait de son mieux pour augmenter ses importations. Certaines raisons flagrantes sont :

  1. Que la Chine a reçu beaucoup de pression d’autres pays, comme les États-Unis, en raison de soldes commerciaux défavorables

  2. Le gouvernement veut faire pression sur les producteurs locaux pour améliorer la qualité des produits.

  3. Plus important encore : la Chine a simplement besoin de plus de produits étrangers !

Dans cet article, SINO Shipping liste pour vous, tous les produits concernés par la nouvelle réglementation, les codes SH concernés, le montant des droits de douane réduits, etc.

Quels produits seront soumis à des droits d’importation moins élevés?

Le ministère du Commerce a publié une liste complète en chinois indiquant tous les produits concernés par la réduction des droits d’importation.

Afin de vous faciliter la compréhension de cette liste, nous avons traduit la liste afin que vous sachiez si vous pouvez bénéficier de tarifs d’importation plus bas.

Produits soumis à des droits d’importation inférieurs

Code HS: Nouveau taux / Ancien taux

Affectant le produit a, b, c, d

  1. 03031300: 5% / 10%

Saumon atlantique et saumon du Danube congelés

  1. 03035900: 5% / 10%

Capelan congelé, sans abats

  1. 03061490: 5% / 10%

Autres crabes congelés

  1. 03061612: 2% / 5%

Crevette pandalus borealis congelées

  1. 03061719: 2% / 5%

Autres crevettes congelées

  1. 03063190: 5% / 15%

Autres crevettes et autres homards vivants, frais et froids

  1. 03063399: 7% / 14%

Autres crabes vivants et frais

  1. 03078190: 7% / 14%

Autres ormeaux vivants, frais ou froids

  1. 04062000: 8% / 12%

Variété de fromage râpé ou en poudre

  1. 04063000: 8% / 12%

Fromage fondu (sauf râpé ou en poudre)

  1. 04064000: 8% / 15%

Fromage bleu et autre produits fromagers produits par Penicillium roqueforti

  1. 04069000: 8% / 12%

Autre fromage

  1. 08011100: 7% / 12%

Noix de coco séchée

  1. 08012100: 7% / 10%

Noix du Brésil, fraîches ou séchées, sans coques

  1. 08012200: 7% / 10%

Noix du Brésil, fraîches ou séchées, non écalées

  1. 08013100: 7% / 20%

Noix de cajou, fraîches ou séchées, sans coques

  1. 08013200: 7% / 10%

Noix de cajou, fraîches ou séchées, non décortiquées

  1. 08026190: 12% / 24%

Noix de macadamia, sans coques

  1. 08026200: 12% / 24%

Noix de macadamia, non décortiquées

  1. ex 08029090: 7% / 24%

Noix de pécan

  1. 08044000: 7% / 25%

Avocat, frais ou séché

  1. ex 08134090: 15% / 25%

Canneberge séchée

  1. 16010010: 8% / 15%

Viande animale, abats et boudin naturel

  1. 16010020: 8% / 15%

Viande, abats et autres boudins

  1. 19011090: 2% / 15%

Autres aliments emballés destinés aux nourrissons et jeunes enfants

  1. 19021900: 8% / 15%

Autres pâtes crues non farcies ou non cuites

  1. 20071000: 15% / 30%

Fruit homogénéisé, cuit

  1. 21069050: 10% / 20%

Capsules d’huile de phoque

  1. ex 21069090: 0% / 20%

Formule d’hydrolysat de protéine de lactosérum, formule d’hydrolysat de protéine de lactosérum, formule d’acide aminé, lait spécial en poudre pour bébé, formule sans lactose

  1. 22011010: 10% / 20%

Eau minérale

  1. 22051000: 14% / 65%

Vermouth et autres vins de raisin fermentés auxquels des plantes ou des épices ont été ajoutées pendant la production (moins de 2 litres)

  1. 22082000: 5% / 10%

Spiritueux à base de vin distillé

  1. 22083000: 5% / 10%

Whisky

  1. 30041011: 2% / 6%

Préparations d’ampicilline (mélangées, curatives ou prophylactiques, emballées)

  1. 30041012: 2% / 6%

Préparation d’amoxicilline (mélange de deux ingrédients ou plus, utilisé pour le traitement ou la prophylaxie, emballée)

  1. 30041013: 2% / 6%

Préparations de pénicilline V (composées de deux ingrédients ou plus, utilisées pour le traitement ou la prophylaxie, emballées)

  1. 30041019: 2% / 6%

Autres préparations de pénicilline (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30041090: 2% / 6%

Médicaments contenant d’autres pénicillines et dérivés de pénicilline à structure d’acide pénicillinique ou de streptomycine et leurs dérivés (mélangés ou non, utilisés pour le traitement ou la prophylaxie, emballés)

  1. 30042011: 2% / 6%

Préparations de céfotaxime (mélangées ou non mélangées, à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, emballées)

  1. 30042012: 2% / 6%

Préparations de ceftazidime (mélangées ou non, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042013: 2% / 6%

Préparations de céfoxitine (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042014: 2% / 6%

Préparations à base de ceftezole (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042015: 2% / 6%

Préparations de cefaclor (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042016: 2% / 6%

Préparations de céfuroxime (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042017: 2% / 6%

Préparations de ceftriaxone (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. ​​30042018: 2% / 6%

Préparations de céfopérazone (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042019: 2% / 6%

Contenant d’autres préparations de céphalosporines (mélangées ou non mélangées, à usage thérapeutique ou prophylactique, emballées)

  1. 30042090: 2% / 6%

Médicaments contenant d’autres antibiotiques (mélangés ou non, à usage thérapeutique ou prophylactique, formulés ou conditionnés)

  1. 30043110: 2% / 5%

Médicaments contenant de l’insuline humaine recombinante mais pas d’antibiotiques (mélangés ou non mélangés, à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, emballés)

  1. 30043190: 2% / 5%

Médicaments contenant une autre insuline mais pas d’antibiotiques (mélangés ou non, à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, formulés ou conditionnés)

  1. 30043200: 2% / 5%

Médicaments contenant des hormones mélangées ou non mélangées provenant des glandes surrénales, mais ne contenant pas d’antibiotiques (à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, en doses ou emballés)

  1. 30043900: 2% / 5%

Médicaments portant le numéro tarifaire 29.37, à l’exclusion des antibiotiques (mélangés ou non, à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, à des doses formulées ou emballés)

  1. 30045000: 2% / 6%

Médicaments contenant des vitamines ou le numéro tarifaire 29.36 (mélangés ou non mélangés, à usages thérapeutiques ou prophylactiques, formulés, présentés ou vendus au détail)

  1. 30046010: 2% / 4%

Prescription préparée (médecine chinoise) contenant de l’arteannuin / artémisinine ainsi que des dérivés

  1. 30046090: 2% / 4%

Médicaments contenant des vitamines ou le numéro tarifaire 29.36 (mélangés ou non mélangés, à usages thérapeutiques ou prophylactiques, formulés, présentés ou vendus au détail)

  1. 30049010: 2% / 6%

Sulfa (deux ou plusieurs ingrédients mélangés pour un usage thérapeutique ou prophylactique, des doses formulées ou emballés)

  1. 30049051: 2% / 3%

Vin médicinal chinois (mélangé ou non mélangé, à usage thérapeutique ou prophylactique, dose formulée ou emballés)

58 30049054: 2% / 3%

Baume, pommade rafraîchissante (mélangé ou non mélangé, à usage thérapeutique ou prophylactique, dose formulée ou emballés)

  1. 30049059: 2% / 3%

Autre médicament chinois (mélangés ou non, à usage thérapeutique ou prophylactique, en formulation ou emballés)

  1. 30049090: 2% / 4%

Autres médicaments (mélangés ou non mélangés, à usage thérapeutique ou prophylactique, en doses ou emballés)

  1. 33030000: 5% / 10%

Parfum, eau de Cologne, eau florale

  1. 33041000: 5% / 10%

Produits cosmétiques pour les lèvres (rouge à lèvres, brillant à lèvres)

  1. 33042000: 5% / 10%

Produits cosmétiques pour les yeux

  1. 33043000: 5% / 15%

Produits de manucure et de pédicure

  1. 33049100: 5% / 10%

Poudres cosmétiques

  1. 33049900: 2% / 6,5%

Autres produits de beauté ou cosmétiques et produits de soin pour la peau

67: 33051000: 2% / 6,5%

Shampooing

  1. 33052000: 5% / 15%

Teinture pour cheveux

  1. 33053000: 5% / 15%

Produits fixateurs pour les cheveux (fixatif pour cheveux, cire pour cheveux, gel pour les cheveux)

  1. 33059000: 5% / 10%

Autres produits de soins capillaires

  1. 33061010: 5% / 10%

Le dentifrice

  1. 33061090: 5% / 10%

Autres produits destinés au nettoyage des dents

  1. 33062000: 5% / 10%

Fil dentaire

  1. 33069000: 5% / 10%

Autres produits de soins bucco-dentaires

  1. 33071000: 5% / 10%

Préparations / produits de rasage

  1. 33072000: 5% / 10%

Déodorant humain et anti transpirant

  1. 33073000: 5% / 10%

Sels de bain et autres préparations pour le bain

  1. 33074100: 5% / 10%

Bâtons d’encens et autres produits émettant des arômes par la combustion

  1. 33074900: 5% / 10%

Produits désodorisants d’intérieur

  1. 33079000: 5% / 9%

Crèmes dépilatoires et autres produits parfumés et produits de maquillage / de toilette non mentionnés ci-dessus

  1. 42021290: 10% / 20%

Bagages et sacs en plastique ou textile

  1. 42021900: 10% / 20%

Bagages et sacs fabriqués avec d’autres matériaux

  1. 42023200: 10% / 20%

Des objets comme des portefeuilles en plastique ou en textile

  1. 42023900: 10% / 20%

Des objets comme des portefeuilles faits en papier d’acier ou de carton

  1. 42029900: 10% / 20%

Autres récipients en papier d’acier ou de carton

  1. 61019010: 10% / 25%

Manteaux ou tricot en laine pour hommes, coupe-vent

  1. 61021000: 10% / 25%

Manteau ou tricot en laine pour femmes, coupe-vent

  1. 61029000: 10% / 20%

Manteaux et coupe-vent tricotés pour femmes

  1. 61031010: 10% / 25%

Costumes en laine tricotés ou faits au crochet pour hommes

  1. 61031020: 10% / 25%

Costumes fait en synthétique tricotés ou faits au crochet pour hommes

  1. 61032200: 10% / 20%

Costumes en laine tricotés ou faits au crochet pour hommes

  1. 61032300: 10% / 25%

Ensembles décontractés synthétiques tricotés ou faits au crochet pour hommes

  1. 61032910: 10% / 25%

Ensembles décontractés en laine tricotés pour hommes

  1. 61032990: 10% / 25%

Autres costumes décontractés pour hommes

  1. 61041300: 10% / 25%

Tenues de soirée synthétiques faites au crochet pour femmes

  1. 61042300: 10% / 25%

Tenues décontractées synthétiques faites au crochet pour femmes

  1. 61101200: 5% / 14%

Pull-overs en laine ou en Cachemire

  1. 62011100: 5% / 16%

Manteau en laine, cape et articles similaires en laine

  1. 62011290: 5% / 16%

Manteaux, capes et articles similaires en coton, pour hommes

  1. 62021100: 5% / 16%

Manteaux, capes et articles similaires en laine, pour femmes

  1. 62021290: 5% / 16%

Manteaux, capes et articles similaires en coton pour femmes

  1. 62031100: 5% / 17,5%

Tenues de soirée en laine pour hommes

  1. 62033100: 5% / 16%

Vestes en laine pour hommes

  1. 62041100: 5% / 17,5%

Costumes en laine

  1. 62042300: 10% / 20%

Tenues décontractées synthétiques pour femmes

  1. 62042910: 10% / 20%

Costumes décontractés en soie et soie filée pour femmes

  1. 62043100: 5% / 16%

Vestes en laine pour femmes

  1. 62141000: 5% / 14%

Châles, écharpes et articles similaires en soie

  1. 62142010: 5% / 14%

Châles, écharpes, filés, voiles et articles similaires en laine

  1. 62142020: 5% / 14%

Châles, écharpes, drapés, voiles et articles similaires en cachemire

  1. 63012000: 5% / 16%

Couvertures en laine et couvertures de voyage

  1. 64011010: 12% / 24%

Bottes et chaussures imperméables en caoutchouc avec une surface en caoutchouc et le devant en métal ou en plastique

  1. 64011090: 12% / 24%

Bottes et chaussures imperméables en caoutchouc avec une surface en plastique et le devant en métal en plastique

  1. 64019210: 12% / 24%

Bottines imperméables avec une surface en caoutchouc, mais dont la semelle et les parties centrales sont en plastique

  1. 64019290: 12% / 24%

Bottines imperméables avec une surface en caoutchouc dont la semelle et les parties centrales en plastique

  1. 64019900: 12% / 24%

Autres bottes imperméables en caoutchouc, dont la surface et les semelles sont en plastique

  1. 64042010: 12% / 24%

Pantoufles en cuir ou en cuir recyclé

  1. 64042090: 12% / 24%

Bottes et chaussures à semelles en cuir

  1. 84151021: 10% / 15%

Climatiseurs avec une capacité de refroidissement ≤ 4 kcal / heure, montés directement sur la fenêtre ou dont le système est divisé entre des murs

  1. 8415811: 10% / 15%

Climatiseurs à pompe à chaleur avec une capacité de refroidissement ≤ 4 kcal / heure

  1. 84158210: 10% / 15%

Autres climatiseurs avec une capacité de refroidissement ≤ 4 kcal / heure

  1. 84182910: 15% / 30%

Réfrigérateur semi-conducteur de type réfrigérateurs ménagers

  1. 84182990: 15% / 30%

Autres réfrigérateurs ménagers

  1. 84183021: 12% / 23%

Congélateur armoire avec une température de réfrigération> -40, volume 500-800L

  1. 84183029: 15% / 30%

Congélateur armoire avec une température de réfrigération> -40, volume ≤ 500L

  1. 84184029: 15% / 30%

Congélateur vertical avec une température de réfrigération> -40, volume ≤ 500L

  1. 84501200: 15% / 30%

Machine à laver non entièrement automatique, équipée d’un séchoir centrifuge, volume ≤10kg

  1. 84501900: 15% / 30%

Autres machines à laver avec capacité de séchage ≤ 10kg

  1. 85098010: 15% / 30%

Machine à poncer le sol

  1. 85098020: 10% / 20%

Traitement des déchets de cuisine

  1. ex 85098090: 10% / 30%

Brosses à dents électriques

  1. ex 85098090: 15% / 30%

Autres appareils électroménagers (à l’exception des brosses à dents électriques)

  1. 85101000: 10% / 30%

Rasoir électrique

  1. 85102000: 15% / 30%

Tondeuses à cheveux électriques

  1. 85103000: 10% / 20%

Épilateurs électriques

  1. 85162100: 17% / 35%

Radiateur électrique stockant la chaleur

  1. 85163200: 17% / 35%

Autres appareils à cheveux électrothermiques

  1. 85163300: 17% / 35%

Sèche-cheveux électrique

  1. 85164000: 10% / 35%

Fer électrique

  1. 85167110: 10% / 32%

Cafetière de type goutte-à-goutte

  1. 85167120: 10% / 32%

Percolateur à café

  1. 85167130: 10% / 32%

Machine à expresso

  1. 85167210: 16% / 32%

Machines à faire le pain

  1. 85167220: 16% / 32%

Grille-pain / grille-pain qui tranche le pain

  1. 85167290: 16% / 32%

Autre grille-pain thermoélectrique

  1. 85167910: 16% / 32%

Distributeur d’eau électrique

  1. ex 85167990: 10% / 32%

Cuvette de toilette intelligente électrique

  1. ex 85167990: 16% / 32%

Autres appareils électriques

  1. ex 8715000: 10% / 20%

Poussette

  1. 90049010: 8% / 16%

Des lunettes qui changent de couleur lorsqu’elles sont exposées au soleil

  1. 90212900: 2% / 4%

Appareils dentaires

  1. 95061100: 7% / 14%

Skis

  1. 95061200: 7% / 14%

Sangle de ski

  1. 95061900: 7% / 14%

Autre équipement de ski

  1. 95067010: 7% / 14%

Patins à glace

  1. 95067020: 7% / 14%

Patins à roulettes

  1. 96032100: 8% / 25%

Brosses à dents, y compris brosse à plaque dentaire

  1. 96032900: 8% / 15%

Blaireau, brosse à cheveux, pinceaux à cils et autres pinceaux de maquillage

  1. 96033010: 8% / 25%

Pinceau

  1. 96033020: 8% / 20%

Stylo/ pinceau de calligraphie chinoise

  1. 96033090: 8% / 25%

Stylos cosmétiques

  1. 96081000: 8% / 15%

Stylos à bille

  1. 96082000: 12% / 21%

Feutres et marqueurs

  1. 96083010: 12% / 21%

Pinceau à encre

  1. 96083020: 12% / 21%

Stylo plume

  1. 96083090: 12% / 21%

Autres stylos

  1. 96084000: 12% / 21%

Crayons Mécaniques

  1. 96085000: 12% / 21%

Lot avec ≥ deux types de stylos

  1. 96086000: 12% / 21%

Recharges stylo à bille

  1. 96089100: 8% / 12%

Têtes et plumes

  1. 96089920: 12% / 21%

Pochoirs et porte-stylos

172 96091010: 12% / 21%

Crayons à mine

  1. 96091020: 12% / 21%

Crayons à mine de couleurs

  1. 96092000: 12% / 21%

Recharges pour crayons à papier, noirs ou autres couleurs

  1. 96099000: 8% / 15%

Crayon, dessin au carbone, écriture ou dessin à la craie

  1. 96151100: 8% / 18%

Peigne, pince à cheveux et article similaire en caoutchouc dur ou en plastique

  1. 96151900: 8% / 18%

Peigne, pince à cheveux et articles similaires en autres matières

  1. 961590000: 8% / 18%

Autres pinces à cheveux, bigoudis, etc.

  1. 96161000: 8% / 18%

Pulvérisateur de parfum ou pulvérisateur cosmétique similaire

  1. 96162000: 8% / 18%

Houppette pour l’utilisation de cosmétique

  1. 96170011: 8% / 24%

Thermos doublure en verre

  1. 96170019: 8% / 24%

Autres thermos

  1. 96170090: 8% / 18%

Autres conteneurs

  1. 96190011: 0% / 7,5%

Couches pour bébé

  1. 96190019: 8% / 18%

Autres couches

  1. 96190020: 5% / 10%

Serviettes hygiéniques et tampons

  1. 96190090: 8% / 14%

Articles similaires aux serviettes hygiéniques ou des couches en d’autres matériaux

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H

exporter huile olive vers chine

Exporter de l’huile d’olive vers la Chine : le guide complet

La classe moyenne chinoise est en plein boom et apprécie de plus en plus les produits importés de l’étranger.

Ce n’est pas le premier guide de la sorte que nous écrivons, nous avons déjà traité le sujet du vin ou des compléments alimentaires et à chaque fois, le constat est le même.

Beaucoup pensent que le marché de l’huile d’olive en Chine est petit. Dans un sens c’est vrai quand on compare au potentiel démographique chinois. Mais d’autre part, rien que l’Espagne en 2015-2016 a exporté 32,100 tonnes d’huile d’olive vers la Chine !

Avant de commencer à exporter ou d’établir le contact avec des importateurs chinois, il est important de comprendre le marché et ses régulations.

Le marché chinois de l’huile d’olive

Le marché chinois a commencé à apprécier l’huile d’olive en provenance de l’étranger il y a quelques années pour différentes raisons. Lorsque l’on sait que la consommation mondiale a tendance à diminuer mais que la consommation chinoise connaît une croissance à deux chiffres, comment résister à envahir le marché ?

Certaines des huiles que l’on trouve en Chine sont plus des résidus de graisses de cuisine que des huiles naturelles. L’huile de graine de soja est moins riche. Et il y a eu des scandales qui ont contribué à l’essor de l’huile d’olive.

De plus, la Chine n’a presque pas accès aux climats grec, turc ou encore espagnol pour faire pousser des oliviers.

De quels pays la Chine importe-t-elle son huile ?

L’Espagne couvre 80% du marché chinois de l’huile d’olive. L’Italie approche les 15% de parts de marché. La Turquie et la Grèce complètent le tableau.

80% de l’huile est consommée dans les grandes métropoles comme Shanghai et Pékin, les villes les plus développées et plus sur la voie d’une occidentalisation.

Pourquoi les Chinois achètent-ils de l’huile d’olive ?

Beaucoup de Chinois commencent à apprécier la nourriture étrangère mais en majorité, l’huile d’olive est un cadeau que l’on s’offre car c’est un produit assez luxueux.

Quelles huiles d’olive sont les plus populaires ?

C’est l’huile d’olive extra-vierge qui est la plus populaire. Elle est généralement plus onéreuse que l’huile d’olive raffinée.

D’où le fait que vendre plus cher mais sur le bon segment puisse être une bonne option. Surtout si vous optez pour une stratégie e-commerce transfrontalière.

Le prix des huiles d’olive en Chine

L’huile d’olive est assez chère en comparaison aux autres huiles en Chine.

Certaines « huiles d’olive » sont moins chères et disent provenir d’Espagne mais en réalité, seul un petit pourcentage de la bouteille vient réellement d’Espagne. Le reste est de l’huile bien moins onéreuse.

L’huile importée d’Espagne se vend en général entre 70 et 200 RMB (entre 10 et 25 euros) le litre. Un prix que les Chinois sont réellement prêts à mettre. Vous en trouverez pour encore plus cher.

Le prix moyen est de 98 RMB (soit 12 euros) par litre, ce qui est 5 fois plus haut que le prix des autres huiles de cuisson que l’on peut trouver en Chine.

Les régulations sur les importations d’huile d’Olive en Chine

L’huile d’olive est comestible et consommée par les humains. Si vous vendez en important de manière traditionnelle dans le pays, vous devrez vous accorder avec un certain nombre de normes chinoises, vous enregistrer auprès des autorités locales et recevoir les certificats nécessaires.

Voici les étapes principales à réaliser.

Vérifier que vous êtes autorisé à exporter l’huile d’olive depuis votre pays de production

L’étape initiale consiste à vérifier que votre pays a signé un accord protocolaire avec le gouvernement chinois qui autorise l’export d’huile d’olive vers la Chine.

Par exemple, les Américains ont longtemps été interdits d’importer du bœuf vers la Chine à cause de la maladie de la vache folle. Il vaut mieux le savoir.

Enregistrer votre entreprise auprès de l’AQSIQ et du SAIC

L’AQSIQ est responsable de l’enregistrement des entreprises et de l’import/export de marchandises en Chine.

Lorsque vous vous enregistrez auprès de cette autorité, on vous demandera un certain nombre de documents, comme des rapports de test, les HS codes de vos produits, des informations sur votre entreprise, etc.

Vous aurez aussi besoin de vous enregistrer auprès du SAIC, ce qui prouvera que l’importateur chinois détient les licences requises et est autorisé à importer l’huile.

S’enregistrer auprès des douanes

L’importateur doit s’enregistrer aux douanes en Chine (GAC). Cette pratique est aussi répandue dans les pays occidentaux.

Faire tester les produits

Vous devez préparer des échantillons test à envoyer à un laboratoire de tests certifié, si possible en Chine. Certaines entreprises offrent des services de test en laboratoire comme Asiainspection et CIRS.

L’entreprise peut vous faire un quota des prix et vous informer de comment les produits devraient être envoyés, de quelles normes GB sont à respecter, et plus.

Est-ce que je peux vendre de l’huile d’olive en Chine sur Internet ?

Si vous souhaitez vendre en ligne en Chine, vous avez deux grandes options :

  • Vous vendez les produits en ligne dans le pays, depuis le pays. Des plateformes comme Tmall vous donnent accès à 550 millions de consommateurs
  • Vous vendez via e-commerce transfrontalier, sur des sites comme Tmall Global. Vous éviterez les longues procédures d’enregistrement et aurez moins de coûts. C’est une très bonne option si vous voulez tester le marché une première fois.

La deuxième option ne vous donne accès qu’à une centaine de millions de consommateurs mais est recommandée pour les entreprises qui manquent d’expérience sur le marché chinois.

La vente d’huile d’olive en e-commerce transfrontalier est-elle durable ?

Bien sûr, le e-commerce transfrontalier peut être un business model aux résultats très concluants. Beaucoup d’entreprises font succès de cette manière.

Mais le gouvernement chinois a commencé à ajuster les régulations du commerce transfrontalier, en particulier à cause de problèmes sanitaires survenus les dernières années. L’huile d’olive fait partie des produits dont l’importation est autorisée.

Voici les HS codes des différentes huiles d’olive :

  • Huile d’olive vierge : 15091000
  • Huile d’olive raffinée : 15099000
  • Autres huiles d’olive : 15100000

Conclusion

L’huile d’olive est de plus en plus populaire en Chine. L’Espagne en tire de gros profits en fournissant 80% de l’huile d’olive du marché mais d’autres pays comme l’Italie, la Turquie ou la Grèce voient leur part de marché augmenter.

Vendre en e-commerce transfrontalier est plus facile et moins coûteux que l’importation traditionnelle. Vous n’aurez pas besoin de vous enregistrer auprès des autorités locales, de montrer des preuves de tests, etc.

Les consommateurs chinois préfèrent globalement l’huile d’olive extra vierge. Il faut savoir qu’il n’est pas forcément mauvais de vendre à prix élevé, d’autant plus que les coûts logistiques seront assez élevés.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 48H