Escroquerie des transitaires en Chine

Au cours des dernières années, nous avons été témoins d’une forte augmentation des fraudes commises par des escrocs dans l’industrie du transport de fret en Chine. Ces fraudes sont faites par de petites compagnies internationales d’expédition de fret en Chine en particulier sur les expéditions de fret maritime.

Ces entreprises contactent souvent les importateurs du monde entier par le biais de campagnes ciblées de marketing par e-mail, d’annonces dans les sites Web B2B et d’autres plates-formes en ligne. Elles proposent des tarifs vraiment bas pour les opérations de fret maritime à partir des principaux ports chinois. Dernièrement, nous avons entendu dire que certains de ces escrocs apparaissent même sur Alibaba (plate-forme B2B) et nous avons essayé d’aider un importateur qui a été victime de ce genre de fraudes par l’intermédiaire d’un transitaire qu’il a trouvé sur Alibaba.

 

Ce qui est triste dans toute cette affaire, c’est le fait qu’aucune affaire n’a été résolue et nous allons vous expliquer pourquoi.

Comme vous le savez, la Chine est le plus grand exportateur du monde avec des milliers de transitaires locaux allant des plus petites entreprises aux plus grandes.

Pour notre cas – une personne devant son ordinateur personnel, qui utilise des agents intermédiaires pour déplacer des marchandises dans le monde entier, peut aussi être considérée comme une petite entreprise et il y a une quantité massive de ces « transitaires » en Chine.

Astuce SINO : Il y a beaucoup de transitaires et d’agents de fret professionnels en Chine, mais il y a aussi des escrocs qui commettent des fraudes sophistiquées et extorquent des milliers de dollars à chaque client qui tombe entre leurs mains.

 

Escroquerie dans le transport – Qu’est-ce qui se passe vraiment ?

 

Les escrocs exploitent les lois commerciales internationales et les processus de transit maritime.

 

Voilà la façon dont les escrocs procèdent

 

L’importateur commande les marchandises à son fournisseur et les paie.

Ensuite, le fournisseur chinois produit les marchandises et informe l’importateur de la date à laquelle il est prêt.

Lorsque la cargaison est sous EXW ou FOB terme (de nos jours la plupart des expéditions en provenance de Chine sont sous ces termes), l’importateur se rapprochera de son nouveau transitaire chinois (l’escroc) qui lui a offert des tarifs extrêmement attractifs ! Il lui demandera alors de gérer l’expédition qui est prête à l’entrepôt du fournisseur.

L’importateur paiera à son nouveau transitaire chinois le taux convenu pour le transit, puis le processus commencera.

L’escroc prépare le B/L et envoie à son nouveau client des copies du B/L et des documents d’exportation tels que la facture commerciale et la liste d’emballage.

Il est important de mentionner que jusqu’à présent, tout ce que fait le transitaire est légitime et rien n’est inhabituel.

La cargaison a été prise en charge à la demande de l’importateur et a été embarquée sur un bateau, l’importateur reçoit des copies des documents d’exportation et le bateau navigue jusqu’à sa destination.

La partie intéressante commence lorsque l’importateur remarque que le BILL OF LADING ORIGINAL (le connaissement) n’est pas arrivé par la poste, ou que le navire a déjà atteint sa destination mais que l’importateur n’a pas encore le connaissement ORIGINAL.

L’importateur sait très bien qu’il ne peut pas revendiquer la propriété des marchandises sans le B/L original, et qu’il ne pourra donc pas le libérer des douanes. Sur ce principe sont construits la plupart des fraudes des transitaires en Chine.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de modèle de connaissement original. Notez que chaque compagnie maritime ou aérienne a son propre format B/L, mais les pièces qui doivent être remplies sont presque identiques.

 

A ce stade, l’importateur se tourne vers le transitaire chinois en lui demandant d’envoyer immédiatement le B/L original parce que les marchandises ne peuvent pas être libérées sans lui et qu’il commence aussi à accumuler des jours de stockage coûteux dans le port.

 

Et puis le vrai visage du transitaire chinois est révélé.

Le transitaire demande soudainement plus d’argent pour l’envoi du B/L original – nous sommes témoins de demandes de rançon qui vont de 900 à 35 000 $ pour un seul envoi ! Juste pour que le transitaire envoie le connaissement original.

Dans le cadre de notre travail avec les importateurs du monde entier, nous avons rencontré des cas où les transitaires ont rationalisé le paiement supplémentaire par saison de pointe ou un virement d’urgence qui était nécessaire pour transporter le conteneur de l’usine au port. Nous avons aussi entendu parler de nouvelles taxes portuaires, et vous aurez peut-être du mal à le croire, mais on nous a aussi parlé d’histoires de gangs portuaires chinois, qui demandent une rançon au transitaire lui-même…. Ces excuses sont sans fin et l’importateur est laissé sans défense, avec un conteneur plein de marchandises dans son port d’attache, sans pouvoir le libérer et avec des jours d’entreposage accumulés et des clients en colère qui attendent leur cargaison.

Au cours des premières années où cette fraude a eu lieu, le client a pu se tourner vers la compagnie maritime avec laquelle le transport a été effectué, prouver qu’il était victime de fraude et après des réunions sans fin, des avocats, des procès et un gaspillage total de temps et d’argent coûteux, peut-être… nous disons bien peut-être qu’il aurait reçu le B/L original de la compagnie maritime.

Aujourd’hui, les transitaires qui cherchent à exploiter leurs clients envoient un seul envoi avec plusieurs compagnies maritimes et rendent ainsi la solution ci-dessus non pertinente.

Astuce SINO : Le fait que la cargaison a été ramassée en Chine et a effectivement été transférée par voie maritime jusqu’à son port de destination n’implique pas un vol physique de la marchandise ou une infraction à la loi, ce qui place le crime dans une zone grise, ce qui est très difficile à prouver devant les tribunaux.

 

Alors, comment éviter cette fraude ?

 

Tout d’abord, rappelez-vous toujours que ce qui semble être trop beau pour être vrai n’est probablement pas vrai…malheureusement, cette règle s’applique aussi aux tarifs de transport international. Il est préférable de toujours utiliser votre transitaire régulier pour le transport international.

 

Afin d’économiser 100 $, il ne vaut pas la peine de tenter votre chance avec un nouveau transitaire, surtout s’il vient de Chine et vous a approché par courrier électronique, qui a déjà été distribué à des milliers d’autres importateurs potentiels.

Si vous travaillez avec un fournisseur familier en qui vous avez confiance et que vous comprenez, vous pouvez lui demander d’utiliser son propre transitaire. Les chances que votre fournisseur essaie de vous exploiter et vous demande une rançon pour le transport sont rares ou inexistantes.

Soyez toujours au courant des coûts, que vous achetiez ou vendiez EXW, FOB, CIF, CIF, DAP.

Demandez toujours les tarifs au port de chargement et au port de destination avant de conclure l’affaire. Si quelque chose concernant les taux semble suspect, consultez un professionnel de l’expédition au sujet de vos préoccupations.

Astuce SINO :Il est très important de vous familiariser avec les conditions d’expédition.

 

Connaitre les incoterms

 

De nombreuses erreurs sont commises par les acheteurs et les vendeurs en raison d’une mauvaise compréhension des conditions d’expédition.

Les vérifications des antécédents sont également très importantes – effectuez-les sur le transitaire ou sur l’entreprise avec laquelle vous êtes sur le point de faire affaire.

Astuce SINO : Demandez des références, demandez à parler avec les clients, cherchez de l’information sur Internet. Il y a de grandes chances que vous trouviez des informations, des références ou des critiques à propos d’un certain transitaire (si vous écrivez le nom complet de la société dans google).

DEVIS GRATUIT