Transitaire Shanghai

Sino Shipping – Transporteur international basé à Shanghai

La présence de SINO Shipping s’étend sur la majorité du territoire chinois. Les bureaux sont implantés dans des villes stratégiques où l’intensité des activités commerciales et logistiques est importante. La ville de Shanghai fait incontestablement partie des puissants moteurs économiques du pays et représente un axe économique incontournable pour la République Populaire de Chine.

La population totale de l’agglomération atteint en 2017 24 millions d’habitants ce qui fait de cette ville la seconde plus grande municipalité du pays. Shanghai, aussi considérée comme la capitale économique du pays, représente un véritable moteur pour l’économie chinoise. Un dollar sur 20 du PIB chinois provient de cette ville. La métropole chinoise représente également 1/5 des exportations du pays via sa zone portuaire. Ces exportations ont d’ailleurs augmenté de 500% entre 1992 et 2008.

Il est aussi à noter que Shanghai est une ville importante pour la raffinerie de pétrole.

Outre cela, Shanghai fut longtemps considérée comme un des principaux centres de production de textile, de produits chimiques et pharmaceutiques, de véhicules, d’acier, de papier et de divers produits d’impression.

Les expatriés à Shanghai

Il y a une présence importante d’expatriés à Shanghai. On compte environ 500 000 étrangers en plus des 300 000 Taiwanais déjà installés sur la métropole. Ces étrangers sont des travailleurs majoritairement originaires du Japon, des Etats-Unis, de la Corée du Sud, de Singapour, d’Allemagne, de France et du Canada.

Les français sont environ 12 000 à Shanghai, ce qui représente la seconde plus grosse implantation de français sur le continent asiatique. Parmi cette communauté francophone, 40% des individus inscrits au consulat ont moins de 25 ans.

Le port de Shanghai

Le port de Shanghai présente plusieurs caractéristiques atypiques. Il est en eau profonde (par l’intermédiaire du port de Yangshan) et constitue également un port fluvial.  Il avoisine la baie de Hangzhou entre la mer de Chine orientale et les cours d’eau de Yangzi Jiang, Huangpu et Qiantang.

Le port de Shanghai est aujourd’hui le premier port du monde. Son trafic a connu une évolution rapide et fulgurante : 100 Mt (Megatonne) en 1984, 186 Mt en 1999 et 650 Mt en 2010.

Il a ainsi dépassé le port de Rotterdam en 2003, celui de Hong Kong en 2004 et celui de Singapour en 2005.

Sur le plan du trafic de conteneurs, l’évolution est aussi impressionnante : Shanghai a dépassé Singapour en 2010 avec 29 millions d’EPV (conteneur équivalent vingt pieds) contre 28,4 millions pour Singapour.

Ces données économiques sont très représentatives des activités logistiques intenses dues à la mondialisation dont Shanghai est devenu le premier port mondial. Le port connait d’ailleurs une progression de 30 % par an, hormis pour l’année 2009 où l’on a eu une contraction du commerce international.

Une évolution spatiale de grande ampleur

Le port historique de Shanghai connait des besoins très importants en trafic maritime. Sa position géographique est particulière, il se retrouve coincé en plein centre-ville et de ce fait n’est pas apte à recevoir les navires les plus modernes et les plus lourds.  Pour cette raison, le port s’est dédoublé vers l’aval. La zone franche de Waigaoqiao qui est la plus ancienne et la plus grande, ouverte en 1990, permet le développement d’installations portuaires près de la tête de l’estuaire du Yangzi afin d’accueillir les navires les plus modernes. Le port de Waigaoqiao s’étend tout au long de l’estuaire.

A partir de 2005, la construction d’un nouveau port en eau profonde est envisagée car l’évolution du trafic régional ne cesse de croître. On y a aménagé un port à fort tirant d’eau capable d’accueillir les tankers ou les porte-conteneurs les plus lourds, tels que « panama » ou « capesize ».

Par ailleurs, le pont du Donghan, long de 32,5 km, relie le port de Yangshan au continent. Il peut gérer dix millions de conteneurs par an. Les portiques post-panamax entièrement gérés par ordinateur chargent et déchargent l’ensemble des expéditions. Ainsi, Yangshan est devenu le port le plus moderne, le plus rapide et le plus rentable du monde.

Une deuxième dalle est d’ailleurs en cours de construction. Elle permettra de gérer 25 millions de conteneurs par an juste à Yangshan. Les investissements d’infrastructure de transport sont à la hauteur des ambitions du gouvernement chinois, qui a dernièrement investit 12 milliards de dollars. 

Un arrière-pays productif

Les ports de Shanghai (Waigaoqiao, Luchaogang et Yangshan) lient la métropole chinoise avec le monde entier, que l’on appelle avant-pays. Cependant ces ports ne fonctionnent pas seuls, il s’agit de la première façade maritime mondiale, qui comprend les autres ports chinois, japonais, sud-coréens, taïwanais, ainsi que ceux d’Asie du Sud-Est. Cela constitue le réseau le plus actif du monde dans la division internationale du travail.

Les produits manufacturés constituent l’essentiel de l’activité économique asiatique. Ils circulent à travers les différents ports de la région et passent parfois à plusieurs reprises dans les mêmes usines pour être assemblés, conditionnés et exportés via les ports chinois, en premier rang desquels se trouve Shanghai.

Le trafic de conteneurs assuré par les ports de Shanghai représente 17% du trafic vers les grandes routes maritimes internationales. Les échanges avec les autres ports de la côte chinoise représentent 25% des échanges. Par ailleurs, 58 % du trafic de conteneurs se fait avec le delta et la vallée du Yangzi, le fleuve géant qui structure la Chine centrale.

La « Golden Waterway » qui comprend 65 000km de tracée navigable jusqu’au barrage des Trois Gorges représente la moitié du réseau navigable chinois. A lui seul, le delta du Yangzi permet de drainer 20 % du PIB chinois, 30 % de son commerce extérieur et attire 50% des investissements étrangers. Les ports de Shanghai gèrent ainsi 34% du trafic de conteneurs du pays et 48% du trafic pétrolier. Le Yangzi est une artère importante qui permet l’accès aux provinces de l’arrière-pays : Jiangsu, Zhejiang, Anhui jusqu’au bassin de Sichuan. En somme, les ports de Shanghai sont les synapses de ce vaste arrière-pays productif, première région économique chinoise.

transporteur international shanghai

DEVIS GRATUIT