Importer depuis la Chine, les 5 erreurs à éviter

erreurs eviter

Puisque nous travaillons régulièrement avec des importateurs novices, nous avons remarqué qu’ils sont souvent très excités et enthousiastes vis-à-vis de la suite de leurs projets et veulent avancer le plus vite possible.

Or, évidemment, la maîtrise de l’importation en Chine ne s’acquiert pas en un claquement de doigts. Il faut avoir pratiqué quelques importations pour pouvoir bien comprendre les procédures, la terminologie, le vocabulaire, etc.

Nous allons ici voir cinq erreurs courantes qu’il faut connaître pour éviter tout incident lors de vos importations.

I Le cas de la « commande urgente »

C’est de loin l’erreur la plus importante. Lorsqu’un nouvel exportateur veut exporter très vite vers la Chine car il reçoit des commandes dès le début de son activité, il va souvent oublier des choses primordiales. Par exemple, il ne sera pas assez précis lorsqu’il donnera des informations, il sera plus laxiste, aura envie d’accélérer les processus de production, etc.

Cette attitude peut conduire à des problèmes de qualité qui ne seront en aucun cas compensés par le temps gagné en voulant avancer plus vite. De plus, se précipiter et bâcler le travail dès le début est un très mauvais choix puisque cela n’assure pas une bonne image pour les prochains clients.

Un autre cas de figure est lorsque l’importateur essaye de négocier un délai de livraison plus court et change de fournisseur en raison d’une promesse de délai plus court. C’est là aussi assez risqué car le fournisseur peut vous promettre un délai plus court uniquement pour signer le contrat. Le délai peut s’avérer être le même finalement.

II Ne pas comparer selon les mêmes critères

Lorsqu’il s’agit de votre première exportation, il est possible que vous vous laissiez emporter et que votre esprit critique ne soit pas assez développé au moment de comparer les différentes offres et devis de vos partenaires. Veillez à bien comparer deux propositions de même nature selon les mêmes critères.

Par exemple, lors du choix de votre fournisseur et de vos produits, analysez bien point par point, matériau par matériau pour pouvoir juger de si un fournisseur est préférable à un autre.

 Evidemment, nous ne vous apprenons rien en disant cela, surtout si vous êtes expérimenté et que vous connaissez bien les produits en question. Mais nous avons pu remarquer que pour bon nombre de débutants en exportation, cette négligence lors de la comparaison entre deux fournisseurs est courante.

III Surestimer la marge que vous ferez sur un produit

La marge achat/revente peut vous paraître énorme, mais lorsque vous aurez pris en compte tous les besoins intermédiaires nécessaires pour vendre votre produit, vous serez probablement surpris de la marge finale. De plus, ces besoins intermédiaires (fret, certification, marketing, payer un distributeur, …) sont assez difficiles à chiffrer, ce qui rend le profit final aussi compliqué à estimer.

Un exportateur novice a tendance à calculer ses coûts sur la base du coût du produit, de la logistique et des inspections, mais en faisant cela, il passe outre des coûts certes secondaires mais qui finalement feront une bonne part du coût final.

Conseil SINO: Il faut aussi compter des coûts que vous ne pouvez même pas prévoir, comme les coûts assez aléatoires des inspections douanières ou la variation des prix du fret par exemple.

IV Se tromper sur le fonctionnement des économies d’échelle

Cette erreur est courante chez les novices comme chez les expérimentés. Elle est importante pour bien calculer le prix de débarquement de vos produits.

Lorsque vous demandez un devis aux usines chinoises, l’une des premières informations à donner est la quantité. La réponse à cette question jouera sur la réponse de votre fournisseur, sur le montant du devis, sur la qualité du service rendu, sur les options supplémentaires, etc. En bref, cela jouera beaucoup sur le coût logistique par unité.

V S’attendre à un résultat parfait sur des petits volumes

Pour obtenir le meilleur service possible, il est certain qu’il faut donner le plus de détails possible à celui qui vend le service. La compréhension du besoin du client permet de lui adapter le service et de le rendre efficace. C’est là toute la politique de Sino Shipping.

Cependant, c’est légèrement différent du fait « d’obtenir un service parfait ». Pour de petites commandes, vos partenaires auront tendance à moins bien réaliser leur travail. C’est pourquoi nous vous conseillons de véritablement installer une relation de confiance entre vous et eux.

Pensez à la loi des rendements décroissants lorsque vous gérez de petits volumes. Si vous cherchez à tout faire parfaitement comme lors de vos plus grandes commandes, vous risquez de perdre un temps fou et aussi de l’argent. Par exemple, appliquer le scotch dans un certain sens et pas dans un autre sera une perte de temps inutile. Contentez-vous plutôt de faire ce qui est requis par chacun des partenaires.

Nous ne voulons pas dire ici qu’il ne faut pas chercher la perfection dans votre travail. Mais il faut chercher le stade où la valeur de votre produit est au maximum, un stade de perfection de la valeur plutôt que de perfection tout court.

Conclusion

Ces cinq erreurs ne sont pas des passages obligés. Il est possible que certains d’entre vous ne tombent jamais dans l’un de ces cas. Mais c’est tout de même assez probable à vos débuts. Ainsi, nous espérons vous avoir donné quelques pistes de réflexion quant à votre posture à l’approche de vos premières exportations.

Contactez nous

Conseil SINO: N’hésitez pas à contacter nos experts pour avoir davantage d’information. Choisissez le moyen le plus adéquat pour nous contacter:

SINO.Shipping

info@sino-shipping.com

+852 8191 4051

Ou scannez notre WeChat QR code !

wechat sino shipping

Vous pouvez aussi tout simplement remplir notre formulaire en ligne:  Formulaire

DEVIS GRATUIT